Chadhel/Assiduous Assault – Split

Pas de commentaires      70
Style: grindcore double saveurAnnee de sortie: 2021Label: Give Praise Records

Se prendre une bonne décharge de grind, c’est parfois ce qui vous permet d’embellir votre journée. Alors quand on vous propose une double-dose de grind, on ne va pas bouder notre plaisir ! Ici le genre se voit agrémenté d’influences voisines, crust et powerviolence notamment de la part de ces deux groupes qui m’étaient inconnus jusqu’alors. Chadhel vient du Québec et a commencé ses activités avec une démo en 2014 et a majoritairement sortis des splits et un album (Controvertial Echoes Of Nihilism – 2019). Quant à Assiduous Assault, il s’agit d’un groupe de San Diego contenant en ses rangs le batteur Bryan Fajardo qui est passé chez Kill The Client, Cloud Rat ou encore Rotten Sound.

Chadhel démarre à toute blinde après une courte intro. Le son est massif et lourd (avec un son de kick particulièrement audible) tandis que les gars semblent vouloir gagner une course de vitesse. Comme le veut le style, on tourne autour de la minute mais on n’oublie pas de caler des parties plus groovy au milieu de la frénésie (« Cult Of The Rope » ou « Crawl » qui contiennent un peu de riff chaloupé faisant hocher de la tête). Un grind moderne à l’impact bien imposant, et avec un bon goût de reviens-y !

Chez Assiduous Assault, les choses sont complémentaires bien que très différentes que leurs collègues de split. Format réduit de moitié (autour des trente secondes en général), vitesse encore plus folle, vocaux complètement dingos (entre cris rauques, râles étranglés et aboiements de chien enragé) et production roots. On retrouve chez le groupe de San Diego le côté bordélique et expéditif du grind à l’ancienne, entrecoupé de morceaux de sketchs d’un humoriste de stand up (que je n’ai pas reconnu).

On a là donc au final deux visions bien différentes mais démontrant l’étendue des possibles du genre: plus métallique et massive pour Chadhel, plus punk et je-m’en-foutiste pour Assiduous Assault (les gars ayant même fait des fautes de frappe dans les tags sur le Bandcamp). Mais on n’a pas pour autant besoin de choisir un camp, les deux formations étant bien d’accord pour annihiler ce qui passe à leur portée à coups de blasts. Bon bah, je vous laisse, je dois aller racheter mes meubles…

Sorti en digital fin 2020, ce délicat split est désormais dispo en format vinyle.

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *