Nature Morte – Messe Basse

Pas de commentaires      183
Style: post black metalAnnee de sortie: 2021Label: Source Atone Records

De l’eau a coulé sous les ponts depuis ma première rencontre avec Nature Morte et NM1, son premier album, il y a presque trois ans. Le groupe parisien a ensuite sorti un split avec Hegemon (2020) avant de quitter Argonauta Records pour une toute jeune structure: Source Atone Records. Le trio célèbre leur première collaboration avec ce label avec ce Messe Basse qui interpelle déjà rien qu’en voyant sa cover: celle d’une photo de famille à la sortie d’un baptême dans les années 70 ou 80, une volonté de faire naître chez l’auditeur le même type de sentiment nostalgique j’imagine.

Le trio n’a pas modifié son style depuis ses débuts: le post-rock et le black metal cohabitent ensemble une nouvelle fois sauf que Nature Morte ouvre ici de nouvelles perspectives. Dès l’ouverture « Only Shallowness », on se fait accueillir par des arpèges mélancoliques avant que les vocaux acérés de Chris Richard (quelque part entre ceux de Kim Song Sternkopf de Møl et ceux de John Haughm d’Agalloch, notamment sur « White Goat, Dark Hoof » pour ce dernier) ne viennent contraster ce climat pourtant paisible en apparence. Ce titre d’ouverture évoluera encore par la suite, entre accalmie et violence émotionnelle.

Sur les titres suivants, Nature Morte maîtrise les contrastes à merveille, nous faisant passer d’un climat aérien presque cristallin avant que tout ne se brise en morceaux dans une rage explosive. Pourtant, même sous ses atours les plus déchaînés, le trio apporte à sa haine une finesse instrumentale qui hypnotise par son aspect majoritairement mélancolique. Sur des titres comme « Knife » ou l’incroyable « Beautiful Loss », on remarque les nombreuses variations apportées par les parisiens, où l’ambiance délétère se voit atténuée par ces arrangements harmoniques renversants.

Pas totalement conquis par NM1 à l’époque, Messe Basse me fait revenir sur mon jugement tant il est réussi. L’univers personnel du groupe a gagné en impact et en pouvoir d’envoûtement grâce à une gestion optimale de ses atmosphères douces-amères. Une usine à sensations, entre onirisme et oppression, vraiment impressionnante.

  1. Only Shallowness
  2. White Goat, Dark Hoof
  3. Knife
  4. T.S.O.C.
  5. Beautiful Loss
  6. Night’s Silence
  7. Messe Basse

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *