Tenace – Des Marques Sur Nos Mains

Pas de commentaires      195
Style: screamoAnnee de sortie: 2021Label: Itawak/Sleepy Dog/Jean Scene Creamers/Nuisances/Smart & Confused/Yoyodyne/Les Disques Rabat Joie/Cloudsurf...

Jeune formation parisienne ayant fait ses armes sur un premier EP (Vestiges) il y a deux ans, Tenace revient avec un premier long-format au titre annonciateur. Des Marques sur nos Mains apparaît en effet comme conséquence de blessures et douleurs passées, des sensations qui sont mises en musique sur fond de cris (assurés par l’ensemble du groupe) et de riffs émotionnels.

Le mélange de screamo, d’emo et de post-hardcore de Tenace partage finesse instrumentale et intensité, une intensité d’ailleurs personnifiée par les vocaux (criés en français), portant des messages tantôt poétiques et introspectifs, tantôt plus engagés comme sur le bien (tristement) nommé « Sombre Tableau » (où l’on entend même des discours de Trump et Zemmour, vous voyez le tableau, sombre), un titre pessimiste qui voit d’ailleurs la participation d’Eux (le groupe).

Eux qui n’est d’ailleurs pas le seul invité sur cet album puisque l’on retrouve aussi Personal War sur « Liens » où la multiplicité des voix décuple l’impact du screamo de Tenace. On retrouve au fil des titres des influences plutôt bien digérées de groupes comme Daïtro, Chaviré ou Mihai Edrisch où les mélodies poignantes viennent souvent se télescoper aux cris très expressifs (« Le Sang » ou « Le Cap » en étant les meilleurs exemple, particulièrement bien composés, avec des mélodies renversantes).

Respectant totalement les codes du french screamo (hargne, rancœur et mélodies touchantes) tout en y ajoutant quelques surprises (notamment l’intro chantée de « Omen Nocturni »), Des Marques sur nos Mains se révèle comme un excellent premier jet de la part de ce jeune groupe qui monte. Mais Tenace l’annonce dès son patronyme, ce n’est là que le début !

  1. Les souffles et nos chemins
  2. Crépuscule
  3. Liens
  4. Le sang
  5. Dernier soupir
  6. Le cap
  7. Sombre tableau
  8. Omen nocturni

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *