Devolution – Consumer

Pas de commentaires      162
Style: death mélodico-complexeAnnee de sortie: 2021Label: Autoproduction

Projet solo de Clément Roig (Antropofago, ex-Sunnudagr, ex-Opprobre), Devolution propose avec ce Consumer un premier album s’orientant entre death metal (multi écoles), black metal et variations technico-mélodiques, le tout chanté (ou plutôt growlé) entièrement en français (avec des paroles portant des thématiques universelles actuelles: l’humain face à la société et l’état de l’environnement).

Consumer apparaît d’emblée comme un album très compact avec ses growls uniformes mis plutôt en avant. Pourtant au fil des écoutes, les choses s’équilibrent d’elles-mêmes et les très nombreuses nuances viennent nous immerger dans l’univers si particulier de Devolution. Entre old-school (les nombreux soli comme pendant « Ecimer l’Ame », « Déliquescence » ou l’étonnante conclusion « Chaos Cérébral » au titre scandé entre deux cavalcades) et variations modernes (l’alternance de trémolos et de riffs saccadés sur les couplets du très bon « Vestiges »), Devolution délivre une vision toute personnelle du death metal où mélodies et technique irréprochable font bon ménage au travers d’un sens de la narration, lui aussi très aiguisé avec une réelle portée philosophique.

Une multiplicité de plans et d’idées qui fait qu’il est quasiment impossible de décrire précisément le contenu d’un morceau tant il y a d’informations ! On navigue de surprise en surprise sur cet album avec de nombreux plans inattendus, comme ces mélodies épiques qui irradient soudain l’atmosphère parfois très complexe (« Le Poids Du Jugement » ou l’excellent « Vestiges »), il y a là de quoi un peu s’égarer en chemin mais Devolution retombe toujours sur ses pattes. Et même si l’aspect monocorde de la voix peut lasser un tantinet sur la longueur, les incroyablement nombreuses trouvailles instrumentales du gaillard permettent différents niveaux de lecture, où l’on trouvera des nouveautés au fil des écoutes. Pas très loin d’un Dysylumn niveau densité sonore (mais l’aspect ambient en moins), Devolution signe là un remarquable début qui devrait convaincre les amateurs de death alambiqué qui sait rester mélodique.

  1. Aux Portes Du Vide
  2. Le Poids Du Jugement
  3. De L’étincelle A La Conflagration
  4. Au Crépuscule de l’Humanité
  5. Déliquescence
  6. Vestiges
  7. Ecimer l’Ame
  8. Chaos Cérébral

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.