Sulphur Aeon – Swallowed by the Ocean’s Tide

Pas de commentaires      2 134
Style: Black/Death abyssalAnnee de sortie: 2013Label: FDA Rekotz

Il suffit d’admirer la somptueuse pochette de Swallowed by the Ocean’s Tide, pour avoir envie d’écouter et d’aimer cet album. Il est d’ailleurs probable que cet artwork figure en effet en bonne place dans le palmarès (qui n’existe pas) des plus belles pochettes de l’année 2013. Mais le ramage n’étant pas forcément à la hauteur du plumage, la méfiance s’impose tout de même lorsqu’arrive le moment de la première écoute.

Et on est vite rassuré sur la teneur qualitative de ce premier album des allemands, après une démo saluée unanimement dans le monde de l’underground…

Ce que propose ce groupe, à l’image de l’artwork cthulhien, est un death/black massif enrobé d’une production épaisse et presque brouillonne, ce qui peut d’ailleurs déstabiliser dans un premier temps. Pourtant, on en vient vite à la trouver en parfaite adéquation avec la musique et l’ambiance véhiculée, une ambiance propice à l’invocation des grands anciens, qui sont d’ailleurs justement nommés (Azathoth, Yog-Sothoth ou encore Shub-Niggurath ou Hastur) et appelés par les éructations du chanteur dans l’introductif biennommé « Cthulhu Rites ». Après cette invocation, on semble pénétrer dans les profondeurs abyssales où se cachent les Dieux en question, et on s’en prend dès lors plein les oreilles, avec cette musique à l’orchestration parfois grandiloquente (mais sans recours abusif aux cuivres et autres effets symphoniques) qui colle bien avec cette dimension massive. Massifs, les riffs le sont donc, autant que la voix bien écorchée, et la musique du groupe peut rappeler du old Morbid Angel, mais heureusement le groupe n’oublie pas de nous faire également frétiller grâce aux mélodies bien senties portées par les guitares et qui parsèment le disque, évoquant ponctuellement Hypocrisy.

On est emporté durant 11 titres et 45 minutes de violence mélodique de grande classe, qui se concluent par une reprise un peu incongrue du thème de « Zombie », le film de Lucio Fulci. Incongrue car son ambiance un peu horrifique grand guignol détonne quelque peu avec l’ambiance massive et abyssale des autres titres, mais heureusement on oublie vite ce détail puisque le titre est excellent, avec ces voix féminines d’arrière-plan qui surprennent et charment finalement pour terminer avec classe cet album qui fait déjà figure d’incontournable de l’année (puisque l’album qui devait initialement sortir fin 2012, n’est disponible que depuis le 11 janvier 2013).

Tracklist :
01. Cthulhu Rites
02. Incantation
03. Inexorable Spirits
04. The Devil’s Gorge
05. Where Black Ships Sail
06. Swallowed by the Ocean’s Tide
07. Monolithic
08. From the Stars to the Sea
09. Those Who Dwell in Stellar Void
10. Beneath. Below. Beyond. Above
11. Zombi

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 947 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *