Stone From The Sky – Songs From The Deepwater

Pas de commentaires      218
Style: desert rock/stoner instrumentalAnnee de sortie: 2021Label: More Fuzz Records

Quatrième album studio pour Stone From The Sky (sans compter les splits et autres albums live), le trio manceau poursuit sa route toute instrumentale majoritairement influencée par le stoner et le desert rock mais annonce l’inclusion de nouvelles influences provenant de leur nouveau batteur, fraîchement arrivé. Ainsi des influences post-hardcore voire screamo sont annoncées s’intégrer au fuzz traditionnellement déversé par le groupe.

Et cela peut se vérifier dès l’entame de Songs From The Deepwater, « Godspeed » démarrant de manière plutôt légère avec ses hypnotiques notes de guitare desert rock façon Yawning Man s’épaississant soudain dans des trémolos suivis de riffs plombés façon « post ». Tout apparaît ici parfaitement équilibré, chaque élément s’imbriquant dans le mouvement suivant sans jamais lasser (et cela sur tout le reste de cet album).

Pourtant le risque de monotonie est souvent fort dans un album de stoner instrumental (ou presque puisque l’on entendra un peu de voix sur le final « Talweg »), or Stone From The Sky parvient judicieusement à l’éviter grâce à une qualité d’écriture optimale. Les mélodies de guitare accrochent l’oreille très facilement, puis les constructions autour de crescendos puis d’explosions pleines de lourdeur fonctionnent totalement, par exemple sur « Le Squinfus » aux tonalités orientales s’élevant puis se retrouvant ensevelies sous le poids de ces rythmiques plombées.

C’est par cette gestion de ces deux aspects (notes mélodiques et plutôt légères d’un côté, gros riffs pesants de l’autre) que Stone From The Sky se distingue de nombreux autres groupes. On ressent en effet la grande minutie des manceaux dans leur qualité de composition, calant des transitions captivantes au milieu de progressions n’hésitant pas à faire cohabiter cette puissante basse martiale dans des nappes aériennes (l’incroyable final de « Karoshi »).

Avec des morceaux souvent très denses où l’on passe d’une extrême noirceur à des zones plus lumineuses (« City | Angst »), mais parfois dans des nuances post-rock très confortables (l’apaisant « The Annapurna Healer », possédant quand même un final bien nerveux), Songs From The Deepwater fait partie de ces albums immersifs desquels on n’arrive pas à décrocher une fois la machine lancée. Une excellente découverte pour amateur de road trips mouvementés dans les grands espaces. Même plus besoin de partir en virée du côté du Nouveau Mexique pour voyager autant !

  1. Godspeed
  2. Le Squinfus
  3. Karoshi
  4. The Annapurna Healer
  5. City | Angst
  6. 49.3 Nuances de Fuzz
  7. Talweg

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *