Ulcerate – Everything Is Fire

7 Commentaires      1 789
Style: brutal death metal technico-chaotiqueAnnee de sortie: 2009Label: Willowtip Records

Au rayon brutal death, Ulcerate a déjà prouvé avec son premier méfait Of Fracture and Failure, qu’il avait quelque chose à dire, et qu’il allait le dire fort.
Les néo-zélandais étalaient un savoir-faire impressionnant dans le genre, tout en démontrant une soif de liberté leur permettant de s’affranchir de certains codes propres au genre.

Ce qu’ils nous proposent avec Everything is Fire est tout simplement de remettre le couvert, toujours dans le très brutal évidemment. Là où leur précédent album témoignait déjà d’un goût certain pour le chaotique, ce nouvel opus va plus loin encore, établissant clairement une filiation sonore avec un Deathspell Omega. On retrouve vraiment ce goût pour les dissonances tout au long de cet album, qui sans être à un seul instant mélodique et en restant techniquement très abouti (la batterie est juste hallucinante), accomplit néanmoins le miracle d’être pratiquement accrocheur et en tout cas jamais rébarbatif, ce qui n’est pas un moindre exploit compte tenu de la durée très conséquente de la plupart des titres (oscillant cette fois entre 5 et 7 minutes soit des titres plus longs en moyenne que sur le précédent album).
Peut-être moins brutal que Of Fracture and Failure tout en étant plus chaotique, l’album est aussi pradoxalement plus digeste, presque accessible, fort d’une construction habile et dans laquelle il est assez facile de ne pas se perdre.

Sans jamais prendre la forme anti-concessionnelle du dernier album de DSO, Everything is Fire ne perd en effet jamais l’auditeur, qui peut toujours compter sur des passages où le tempo se ralentit subtilement laissant la place à des ambiances oppressantes qui ne s’installent jamais dans la durée mais qui sont autant de respirations, suffocantes certes, mais néanmoins bienvenues.
Certaines ambiances évoquent ainsi vraiment le travail des français, comme sur le démarrage de ce « Tyranny », très sombre, inquiétant, qui bascule tout à coup dans une déferlante de chaos et de feu ou, avant cela, sur une bonne partie de l’excellent titre « We are Nil ». Puissance, agressivité, chaos maîtrisé, dissonnances intelligentes, autant de caractéristiques qui font de Ulcerate un groupe tout à fait novateur dans la famille Brutal Death, et qui lui permettent en s’éloignant de ses influences, Cryptopsy, Immolation et autres Hate Eternal, de proposer ce qu’on pourrait presque pompeusement qualifier de cerebral brutal death, et qui au-delà de toute tentative d’étiquetage, se révèle être rien de moins qu’une grosse bombe addictive.
On peut même voir parfois transparaître au-delà de la grande violence inhérente au genre pratiqué, une certaine mélancolie, comme sur « Soulessness Embraced » l’espace de quelques secondes.

Vocalement, les choses ont légèrement changé puisque le chanteur original a quitté le groupe sans être remplacé par un chanteur à temps plein. C’est donc dans le plus pur Morbid Angel style, que le bassiste s’occupe désormais des growls caverneux qu’on est en droit d’attendre sur un tel album. On pourra regretter le registre vocal un peu plus varié et subtile du précédent chanteur, mais la voix du bassiste, oeuvrant certes dans un registre plus linéaire, colle à mon humble avis bien mieux à la musique, cette dernière restant clairement l’élément le plus scotchant et à retenir de l’album.

Il faut quelques écoutes pour saisir toute la maestria qui se cache dans ce chaudron incandescent. Une fois ces écoutes passées, l’évidence s’impose d’elle-même : Everything is Fire est un putain de grand disque de brutal death devant lequel même les plus blasés du genre (dont je suis) seront bien obligés de s’agenouiller. Superbe.

  1. drown within
  2. we are nil
  3. withered and obsolete
  4. caecus
  5. tyranny
  6. the earth at its knees
  7. soullessness embraced
  8. everything is fire
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 900 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

7 Commentaires

  1. ZSK says:

    C’est vraiment le genre de Brutal Techno-Death que je déteste. un bordel complètement incompréhensible avec une batterie qui ne sait pas faire autre chose qu’en foutre partout sans souci de cohérence…

  2. kollapse01 says:

    Tiens j’allais justement dire l’inverse. N’étant moi-même pas amateur du genre, je me suis surpris à bien apprécier ce que j’ai entendu d’eux sur leur myspace, ainsi que sur l’album précédent. A savoir un death brutal et technique, certes, mais dont les dissonances, structures, ambiances même parfois, en font un groupe autrement plus intéressant à mes oreilles. A creuser donc.

  3. pearly says:

    Tuerie cet album, comme le précédent d’ailleurs, de loin un des meilleurs du genre en ce moment.
    cet album est toutefois plus nuancé que l’autre, plus riche en passages « massifs » et « ralentis ».

  4. Bernard says:

    Je découvre et ça m’a l’air de tout premier ordre! Hop, et un ajout supplémentaire sur ma liste d’achats prochains!

  5. jonben jonben says:

    C’est clairement pas mal, il y a de très bons passages dès que ça se calme en ambiances dissonantes malsaines et les riffs sont bons quand ça s’énerve, mais j’ai toujours l’impression qu’ils ne collent pas avec le jeu de batterie. Peut-être que le jeu de batterie du brutal death me laissera toujours froid. C’est techniquement maitrisé mais de la mitraillette sans aucun groove, j’aime pas ce style de jeu, je ne trouve même pas que ça apporte une quelconque violence supplémentaires dans la musique.
    Après il y a aussi les growls que je trouve insipides, ils planent sur la musique sans servir à quoique ce soit.

  6. Bernard says:

    Une pure merveille! Un des meilleurs albums de 2009 (déjà!). Moi qui ne suis pas réellement un fan de death ultra technique comme on en trouve à la pelle, là on entre dans une autre dimension. Je ne peux toujours pas totalement oublier de penser à Gorguts en écoutant cet album, mais c’est tout à son honneur, vu que je considère Obscura de Gorguts comme un des meilleurs album de death toutes catégories confondues. Une baffe!

  7. RBD says:

    Excellente chronique pour un de mes albums préférés des derniers mois. Perso je suis partagé sur le changement au chant, qu’ils ont voulu, mais la perte n’est pas non plus énorme à mon goût donc pas de problème. Enjoy !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *