Delain – Lucidity

5 Commentaires      1 349
Style: rock gothiqueAnnee de sortie: 2007Label: Roadrunner Records

Putain de merde… et chuis poli ! Roadrunner chuis pas content là oh ! Ça fait 2 fois que je me fais entourlouper avec vos pompes à fr… vos signatures de soi-disant « rock gotique » ( je cite la bio). Encore échaudé par l’épisode Enter my religion de Liv Kristine (Voir ici), c’est non sans une notable témérité que j’empoigne la chronique de ce Lucidity.
Bon ok l’histoire est sympathique et ne manquera pas d’attendrir les adolescentes les plus rebelles (vous savez, celles qui écrivent le nom de leurs groupes favoris au Tipp-ex sur leur Eastpack) ou les directeurs artistiques qui ont un nez qui flaire, un coeur qui bat et des décisions à faire tomber : en effet, l’ancien clavier de Within Temptation (Martijn Westerholt) tombe malade et ne peut plus assurer sa fonction alors même que le groupe commence à connaître une véritable notoriété ; et puis il se remet dans son coin à faire de la musique, y reprend goût et décide de faire tout un album en montant son propre groupe. Il rencontre par hasard une jeune donzelle (Charlotte Wessels, à la voix pouvant casser les verres – non parce que verres/Wessels, voyez ?), craque sur son organe et l’engage pour son projet. Le noyau dur de Delain prend alors son envol vers des horizons juteux. Mais, et sans doute sans aucune intention d’associer à soi des noms connus dans le milieu susceptibles de lancer la carrière…, ce brave Martijn décide de faire appel à Liv Kristine, à Sharon de Within, à un guitaro d’Epica ou au chanteur de feu Orphanage. Ils sont venus, ils ont vu, j’en ai plein le cul. C’est sirupeux, c’est symphoneux, c’est convenu, c’est pénible. Je n’ai jamais vu Pirates des Caraïbes, c’est pas pour me farcir la bande-son du dessin animé qui pourrait en être tiré. Mais ça plaira sûrement à une multitude de « romantiques ». D’ailleurs à ces dernier(e)s, je tiens à transmettre l’information suivante : le terme « Delain » est tiré d’un roman de Stephen King. Voilà.

Alors, que la musique parvienne à transcender l’esprit et le corps au point qu’un individu puisse se remettre sur les rails après avoir connu les ténèbres, moi je veux bien. Mais la moindre des choses serait que cela ne se fasse pas au détriment des autres, en l’occurrence moi.

J’hésite entre 2 conclusions :
Lucidity : comme quoi on peut s’y référer sans la pratiquer.
Lucidity : s’il s’agit d’un premier et dernier album, le titre est parfaitement trouvé.
Mais j’en choisis une troisième : de la musique pour Alchy. (héhé)

  1. sever
  2. frozen
  3. silhouette of a dancer
  4. no compliance
  5. see me in shadow
  6. shattered
  7. the gathering
  8. daylight lucidity
  9. sleepwalkers dream
  10. a day for ghosts
  11. pristine

Chroniqueur

Darkantisthène

Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 276 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. AlCheMist says:

    ‘Et l’on se croit à l’abri des coups de hache du destin…’ Enfoirééééé !
    PS : La chanteuse de The Gathering n’est pas Liv Pristine ? Ne me remercie pas…

  2. darkantisthene says:

    be nan O_o

  3. AlCheMist says:

    Je vois que mon humour fascinant te dépasse…

  4. dark hypp says:

    a po compris non plus ….

  5. AlChemist says:

    Superbe calembour pondu avec l’aide des titres composant l’album et l’une des participantes. Bref, ça ne fait marrer que moi ;OD
    Quant à la zique, du sous-Within Temptation avec une vocaliste moins performante, pas merdique mais aussi marquant qu’un pet sur une toile cirée…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *