Demiurg – Hate Chamber

2 Commentaires      1 097
Style: death metal old schoolAnnee de sortie: 2008Label: Mascot Records

Voilà qui va nous changer du melodeath qui est livré par wagons entiers, proposé à la sauce de différents groupuscules aussi intéressants qu’une boîte de corned-beef pour qui vient de s’enfiler un tournedos rossini. Demiurg dont j’avais trouvé le premier album assez peu intéressant, revient aujourd’hui avec ce Hate Chamber et dès le premier titre « Resurrecting the Rotting » on comprend que la donne est cette fois toute autre malgré une pochette plutôt moche, et clichesque au possible.

Rogga Johansson, leader du groupe a opéré quelques changements bienvenus dans son équipe. Dan Swanö qu’on ne présente plus passe de la batterie à la guitare (avec en plus la responsabilité des rares parties de clavier de l’album) et c’est Ed Warby (Gorefest) qui s’occupe des fûts. C’est un certain Johan Berglund qui s’occupe pour sa part de la basse, basse qu’on entend d’ailleurs extrêmement bien dans le mix, ce qui est assez rare pour être souligné.

Vocalement, Rogga continue à se charger du gros œuvre, ses impressionnants vocaux purulents d’outre-tombe étant parfaitement appropriés pour coller avec ce gros death old-school et bien gras qui nous est ici proposé. Il varie parfois le plaisir en allant chercher un registre plus acide, proche du black (ou serait-ce un invité ?) sur l’excellent « The Apocalyptic ».
On pense parfois à Bloodbath et je recommande vivement aux fans du super groupe suédois de se pencher sur ce Hate Chamber qui devrait les ravir. D’ailleurs en parlant de Bloodbath, si Akerfeldt et Tägtgren ne sont pas disponibles pour le futur futur album, je me permets de recommander Rogga Johansson qui fera forcément merveille au poste de grogneur du Bain de Sang.

Pour ne pas lasser, le groupe propose quelques variantes comme ces surprenants passages mélodiques presque symphoniques sur « The Convulse Meridian », ces quelques notes de piano, de synthé et de mellotron sur « Opus Morbidity », et même des vocaux clairs signés Pär Johansson (excellent vocaliste de Torchbearer et Satariel) sur l’ultime titre de l’album le terrifiant « Cult of Dagon », inspiré de l’univers de Lovecraft.

Vous l’avez compris, Demiurg propose avec Hate Chamber rien de moins qu’un très bon album de death majoritairement old-school. Avis aux amateurs !

  1. resurrecting the rotten (flesh festival pt ii)
  2. cremated lies the day
  3. the terror before sleep
  4. wolves at the gates
  5. the apocalyptic
  6. world destroyer
  7. the convulse meridian
  8. dawn dusk delusion
  9. opus morbidity (city of ib pt iii)
  10. cult of dagon
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 941 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. cava76 says:

    excellentissime

  2. Nightwanderer says:

    Oh oui c’est vraiment excellent !!!!!!!!!
    Lecteur de cette chro interesse toi de près à cet album car c’est un monstre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *