Moss – Tombs of the Blind Drugged

1 Commentaire      906
Style: doomAnnee de sortie: 2009Label: Rise Above

Fasciné par les écrits du fameux romancier fantastique HP Lovecraft, Moss donne une vie sonique aux créatures invoquées, et toujours entourées d’une aura de mystère et de folie, par l’auteur. Le malaise, à l’écoute de Tombs of the blind drugged, ne vient pas de la tension inspirée par le danger omniprésent dont on ignore la véracité que distille les nouvelles et les romans du romancier aquaphobe (entre autres …). Moss plonge intégralement dans les conséquences des histoires de Lovecraft est dépeint la perte de la raison au fin fond des abysses de Yogg Sototh.

Tel en est ainsi depuis leurs débuts et il en de même aujourd’hui. La différence majeure entre les disques de drone doom précédents du groupe et celui-ci se trouve dans la durée des plages. Dix minutes en moyenne pour chacune des trois chansons, avec en bonus une reprise de Discharge écrabouillée sur cinq minutes, pour conclure.

Le résultat n’est pas moins ténébreux et asphyxiant, bien que plus « abordable » en comparaison d’un titre de plus d’une demi-heure comme celui de Sub templum. Cela dit, pour reprendre cette comparaison que faisait Stephen O’Malley au sujet de Khanate et de SunnO))), cela revient à dire qu’il est plus facile de traverser de l’acide sulfurique que de la lave en fusion. Une comparaison d’autant plus valable puisque Moss se trouve au confluant de ces deux groupes.

Le nom du trio anglais est synonyme de laideur, de noirceur et de lenteur et continue de l’être. Tombs of the blind drugged est un EP conséquent et jouissif pour qui souhaite donner une forme sonore à des êtres que l’esprit humain ne peut concevoir.

  1. skeletal keys
  2. tombs of the blind drugged
  3. eternal return
  4. maimed and slaughtered (discharge cover)

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. fuzzbastard says:

    ici, l’hommage n’était pas envers Lovecreat mais les Templars des Blind Dead de De Ossorio

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *