Teitanblood – Seven Chalices

2 Commentaires      2 059
Style: death primitifAnnee de sortie: 2009Label: NED / Ajna / Dauthus

Teitanblood ou la rage espagnole.
Après une réédition/compilation des démos, compilation essentielle pour comprendre ce qu’est ce groupe, revoilà les blafards ibères venus passer vous saluer avec leur véritable premier album en cette année 2009.
Et si certains se posent la question, 2009 est définitivement l’année de Teitanblood.

Dès les premières mesures de Seven Chalices la terre s’ouvre dans un fracas de damné, les secousses et les lames de feu qui jaillissent du sol témoignent de la puissance tellurique du disque, l’onde sismique se propage comme l’oxygène se raréfie dans un incendie, à vitesse grand V.
Avec Seven Chalices, les espagnols reviennent mettre les points sur les i et laissent la parole à leurs démons créateurs.
Ce qui interpelle aux premières écoutes de la galette, c’est d’abord ce soin apporté aux ambiances, ces samples qui restaient plus en retrait sur les démos du groupe sont ici utilisés comme de véritables point d’ancrage pour la narration, ces ambiances sont d’ailleurs nettement plus mises en valeur grâce à une production plus affirmée, de la dentelle pour le linceul.
Les interludes qui parsèment le disque de leur apaisement relatif tapissent le propos avant chaque lâché de bombes, autant de virgules qui viennent ponctuer un schéma qui se veut résolument plus étoffé et qui met à contribution une mécanique atmosphérique de compétition.

La brutalité de Seven Chalices n’est cependant pas à mettre en doute, et des groupes comme Blasphemy ou Bestial Warlust peuvent dorénavant être sûr que la relève est belle et bien là, éclairé par le soleil noir des révélations c’est sur les débris fumeux de l’Histoire des musiques amplifiées aux sombres desseins que Teitanblood esquisse une destinée qui semble lui réussir.
Les sifflements d’NSK appellent le séditieux à chaque intonation à rejoindre les troupes en mouvement, le massacre n’est pas loin, à deux trois encablures, l’image spectrale que renvoie la musique de Teitanblood est parfaitement claire, le tour de force réside presque dans le fait qu’aucun morceau du disque ne loupe sa cible, une cohérence sans faille.

Seven Chalices est un album digne d’un grand groupe de la scène proto-black, une ôde martiale et carnassière soulignée à la flamme pure et immortelle de l’expansion par la force. Un classique de plus qui rejoint la compilation que le groupe a sorti cette année. Aucune concession, juste des infras venues de l’au delà, à en damner l’humanité pour des siècles et des siècles encore.

 

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Arnaud says:

    Ca donne bien envie.

  2. ellestin says:

    pur album, inaccessibe à souhait

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *