Darkenhöld – Arcanes & Sortilèges

Pas de commentaires      187
Style: black metal médiévalAnnee de sortie: 2020Label: Les Acteurs de l'Ombre Productions

Douze ans d’existence, quatre albums et quatre splits (dont le dernier paru en 2019 avec leurs collègues de Griffon, ces derniers dont je vous ai d’ailleurs parlés récemment), sans compter leurs multiples participations à des compilations, Darkenhöld tient un beau rythme de sorties dont la dernière offrande arrive en cette fin d’année avec ce Arcanes & Sortilèges. Le trio mené par le vocaliste dénommé Cervantes possède aussi en ses rangs le batteur Aboth (Continuum) et surtout le multi-instrumentiste Aldébaran (qui joue aussi dans l’excellent Artefact), réputé pour la qualité de ses compositions. Le groupe niçois oeuvre donc à nouveau dans un black metal ancré dans une atmosphère médiévale, mélodique mais tout de même bien véhément.

Dès « Oriflamme », le trio démarre de manière ultra épique. La thématique médiévale ainsi que les cavalcades des rythmiques mettent directement en tête des images de chevaliers au combat, pas ceux de la fête médiévale du village historique du coin mais les vrais, où les coups sont donnés sans retenue et que le sang jaillit sur les armures. Car violence et mélodie font ici très bon ménage dans un environnement très dense, évoquant l’âge d’or du black sympho scandinave des années 90 (les premiers Dimmu Borgir et Limbonic Art en tête), avec des synthés à l’ancienne mais jamais cheaps et d’entraînantes parties acoustiques (« L’Ost de la Forteresse »).

Cervantes crie de manière acérée (parfois parlée) des paroles en français très audibles, de quoi approfondir le dépaysement. Car la musique de Darkenhöld joue bien sur la corde nostalgique, grâce à cette production tranchante notamment, semblant sortir d’une autre époque. Mais sans pour autant paraître datée ! Les niçois réactualisent ce son d’antan avec une collection de riffs prenants, plutôt classiques mais tellement efficaces, accompagnés d’une atmosphère habitée, parfois mystique (jusque dans l’excellente outro « Dans le Cabinet de l’Archimage » ! Bref, vous tenez là la bande-son idéale d’un pur bond dans un imaginaire plein de châteaux, d’épées, de créatures légendaires (« Mystique de la Vouivre », « Le Bestiaire Fantastique ») et d’épopées de divers personnages historiques.

  1. Oriflamme
  2. L’Ost de la Forteresse
  3. Incantations
  4. Mystique de la Vouivre
  5. La Tour de l’Alchimiste
  6. Héraldique
  7. Le Bestiaire Fantastique
  8. Le Sanctuaire Embrasé
  9. Dans le Cabinet de l’Archimage

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *