Shevils – Miracle Of The Sun

Pas de commentaires      155
Style: punk hardcoreAnnee de sortie: 2021Label: Autoproduction

Six ans entre deux albums, cela peut paraître un petit peu long dans cette frénésie actuelle de sorties plutôt excitante. Excitant, The White Sea l’était lui aussi, le premier long-format des norvégiens Shevils venait alors donner un cours de punk hardcore ultra explosif et au son tout personnel. Miracle Of The Sun ne déroge pas à la règle, reprenant les mêmes bases qu’on leur connaissait déjà mais en y ajoutant en plus de purs passages mémorables.

Les norvégiens viennent en effet donner ici une vraie leçon d’efficacité, conservant leur si puissante énergie et lui adjoignant une capacité d’accroche juste incroyable. Les titres passent et chacun possède cet aspect tubesque tellement entêtant, dès l’entame « Black Ace », son sonar sous-marin nous prévient de la guerre qui va suivre. « Miracle Of The Sun » puis « Monsters On TV » sont de parfaits singles, sonnant comme si The Hives avait soudain décidé de (beaucoup) durcir le ton tout en hachant ses riffs.

Simples en apparence, ces riffs sont percutants et agrémentés de chorus mélodiques à effet immédiat (« Ride The Flashes »), la voix d’Anders les surplombent avec fougue pour un résultat ultra euphorisant. Essentiellement enlevées, les rythmiques ne se « calment » que par intermittence pour mieux faire profiter du groove savamment installé par les norvégiens, sur « No More You » par exemple où l’on passe de riffs rock n’roll tout en cassures jusqu’à une inattendue transition mélodique jusqu’à son final.

Au final, zéro temps mort et du tube en cascade, Shevils se renouvelle et se transcende dans son virage mélo sans pour autant perdre sa virulence. Une nouvelle tuerie de la part des norvégiens !

  1. Black Ace
  2. Miracle Of The Sun
  3. Monsters On TV
  4. Scandinavian Death Star
  5. No More You
  6. Wet Soaked Dream
  7. We Failed This World
  8. Ride The Flashes
  9. Idiot Task Force
  10. It Never Ends

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *