Midnight Street Of Rage – Modern Desert

Pas de commentaires      118
Style: synthwave/metalAnnee de sortie: 2021Label: Autoproduction

Midnight Street Of Rage, un tel nom ne peut que raviver de bons souvenirs de soirées jeux vidéo (pour peu que vous ayez une MegaDrive !). Streets Of Rage (le jeu) qui narre les aventures d’Adam Hunter, Alex Stone et Blaze Fielding, bien décidés à remettre de l’ordre dans la ville, semble en effet avoir inspiré le groupe parisien, délivrant une synthwave qui aurait bien pu servir de bande-son au jeu, mais pas uniquement celui-ci car outre des sessions de beat them up, cela pourrait aussi s’apparenter à la bande-son d’un road-trip.

En ces temps où la scène synthwave (et assimilés) paraît de plus en plus submergée, avoir sa particularité est clairement un plus. Chez le duo parisien, c’est la présence d’une vraie guitare qui ajoute à leur son une touche métallique. Cela se vérifie sur des titres pêchus tels que l’enchaînement « Alabama Cyborg (Happiness leads the way) »/ »Crazy Saloon (Hail to the brave Pilgrims) » pu encore le nerveux « Violent Storm (Even God doesn’t want them here) », aux mélodies particulièrement entraînantes.

Mais la musique de Midnight Street Of Rage sait aussi se parer de mystère, notamment lorsque la rythmique ralentit et que l’ambiance se rapproche de la B.O. d’un film de sci-fi sur fond de dystopie comme l’excellent morceau-titre ou encore le final « Map to the unknown (A new land for the survivors) », ce dernier apparaissant comme le chapitre final de ce scénario très mouvementé. Des touches ambient qui apparaissent aussi lors de courts interludes de transitions entre ces titres plutôt denses (on est souvent autour des cinq minutes).

Même si Carpenter Brut ou Perturbator apparaissent comme des influences évidentes chez Midnight Street Of Rage, ces derniers réussissent à faire leur propre tambouille. De la guitare comme élément souvent central à cette production maison un poil compressée mais sonnant pas trop loin des consoles 16 bits, le tout avec un joli boulot sur les ambiances, qu’elles soient épiques ou plus contemplatives. Bref, un nouveau groupe à noter pour vos futures soirées rétrogaming !

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *