Fair to Midland – Arrows & Anchors

Fair-To-Midland-Arrow-and-Anchors

Quatrième album (en comptant un EP) des texans de Fair to Midland, et si le monde tournait rond voilà typiquement un album qui cartonnerait et serait radio-diffusé massivement. Mais bon, le monde est ce qu’il est, et voilà encore un joyau qui restera probablement condamné à la confidentialité. Il ne tient qu’à vous de ne pas passer à côté en tout cas!

Découverts il y a plusieurs années par Serj Tankian de System of a Down, qui les a signés sur son label et les a fait tourner en sa compagnie, ces faux cul-terreux se sont tout de même formés en 1998, ce qui éloigne directement la crainte d’avoir affaire à un gentil feu de paille. Les voilà en tout cas sur Season of Mist, épaulés par une production signée Joe Barresi, entre les mains de qui sont passés des groupes aussi divers et variés que Tool, Queens of the Stone Age, Isis, Kyuss ou même Satyricon. Pas mal comme CV.

Concernant Fair to Midland, imaginons un mélange de Dredg, Karnivool, Boyhitscar, voire System lorsque le groupe s’énerve (sur le barré « Rikki Tikki Tavi par exemple), ce qu’il n’hésite d’ailleurs pas à faire à grands renforts de riffs massifs (dès « Whiskey and Ritalin » qui suit l’étrange introduction à l’orgue). C’est donc tout à la fois puissant, mélodique, et un peu « arty » sur les bords (comprenne qui pourra). En tout cas, cet album construit un peu comme le Pariah de Dredg avec 15 titres, dont plusieurs courts interludes, est assez irrésistible du début à la fin, à commencer par le single parfait « Musical Chairs », et à compléter par… tous les autres titres.

Que ce soit avec un démarrage faussement countrysant sur « Amarillo Sleeps On My Pillow », un interlude électronisant (« The Upset at Bailey Bridge ») , une guitare dredgienne sur « A Loophole in Limbo », ou un titre planant tout en atmosphère (« Golden Parachutes »), le groupe réussit tout, largement aidé dans son entreprise par un chanteur au physique proche de celui de Biffy Clyro, et surtout à la folle versatilité, capable de dresser les poils avec sa voix mélodique qui rappelle le chanteur de Karnivool ou celui de Boyhitscar (pour ceux à qui ça parlera), et de vous en coller une (« Rikki Tikki Tavi ») que vous ne verrez pas venir à coups de cris bien graves et puissants. On ne s’étonne pas que le groupe, sur le ton de la déconne bien sûr, qualifie Arrows & Anchors, d’album rock le plus heavy de l’année.

Le groupe montre aussi une facette légèrement prog en clôturant son propos avec « The Greener Grass », un titre de plus de 10 minutes, excellente synthèse d’un album parfaitement maîtrisé de bout en bout.

Ce petit bijou sort dans une dizaine de jours, préparez-vous donc à prendre votre claque, foi de moi!

http://www.youtube.com/watch?v=VsDJih0yYgk

Tracklist :

01. Heavens to Murgatroyd
02. Whiskey and Ritalin
03. Musical Chairs (listen on Facebook)
04. Uh-Oh
05. Amarillo Sleeps on my Pillow
06. A Loophole in Limbo
07. Typhoid Mary Sends her Best
08. Short Haired Tornado
09. The Upset at Bailey Bridge
10. Rikki Tikki Tavi
11. Golden Parachutes
12. Bright Bulbs and Sharp Tools
13. Coppertank Island
14. Three Foolproof Ways to Buy the Farm
15. The Greener Grass

TAGS : ,
GROUPES:
STYLE: ,

A PROPOS DE krakoukass

krakoukass Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben. Adresse de contact : krakoukass@eklektik-rock.com

krakoukass a écrit 670 articles sur Eklektik.

8 commentaires

  1. surprenant !

  2. Chronique alléchante. Je vais me pencher là dessus.

  3. J’avais écouté des albums précédents du groupe et il y avait toujours un truc qui me chiffonnait, peut-être que ça changera sur celui-là, Super ligne de basse sur le couplet de ce morceau, qui fait un bon single.

  4. Gros coup de cœur. Leur album précédent traînait sur mon DD et je l’ai donc écouté et j’ai adoré. Entre dredg et Karnivool, ouais, deux groupes que je vénère. J’attends impatiemment ce Arrows & Anchors, du coup.

  5. Quelques écoutes au compteur et assez convaincu pour ma part. Le songwriting est de qualité… une bien bonne surprise

  6. J’avais abandonné le groupe avec le « Fables from a Mayfly… » ridicule de 2007, après un pourtant prometteur « Inter.funda.stifle » en 2005.
    Là je redécouvre un groupe plus posé, avec des compos plus recherchées et moins fofolles. C’est sympa mais malgré tout, je trouve ça plutôt banal en fait.

  7. J’étais moyennement motivé par l’écoute de l’album mais ces vidéos me donnent envie :

    http://www.youtube.com/watch?v=A49vK0YH8ds
    http://www.youtube.com/watch?v=5SzeMRTqPeU
    http://www.youtube.com/watch?v=zARZyp0GdIk

  8. Quelle gifle !!!!!
    après la déconvenue du dernier Dredg, c’est l’album que j’attendais pour croire à nouveau en la vie !!

    C’est magistral. On pourrait citer pèle-mêle : Dredg, Karnivool (pour la délicatesse), Mars Volta (sans le côté chiant), Pain of Salvation, Coheed and Cambria, Porcupine, Birds of Tokyo (pour le sens de la mélodie pop), Biffy (pour l’énergie)…

    C’est pas compliqué, c’est un condensé, que dis-je, une démonstration de tout ce que j’aime. C’est d’une richesse et d’une profondeur rarement entendue (à moins de tomber dans le prog), le chanteur est monstrueux de versatilité et la prod est à la hauteur du génie musical du groupe.

    C’est souvent super catchy, avec systématiquement LA petite touche qui donne toute son originalité à l’ensemble. Chaque morceau est une pépite.

    Ca ne plaira pas à tout le monde. Il parait qu’il y’en a même qui se font chier en écoutant El Cielo de Dredg. Pour moi c’est simplement le meilleur achat que j’ai fait cette année.

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • slipknot-the-gray-chapter-newDrugzath | 21 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Enfin une tres bonne chronique sur cet album ,pas comme chez nos compères de VS Webzine ;--) .Je te rejoints en tout point sur ce que tu a mentionné .Pour ma part un bon album qui se lasse pas au fil des écoutes .
  • slipknot-the-gray-chapter-newkrakoukass | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci pour ton commentaire. ;) Loin de moi l'idée de proclamer que quiconque n'aime pas cet album est un abruti obtus (les personnes visées sont plutôt les couillons qui n'ont jamais aimé Slipknot -pour des raisons souvent basées sur des préjugés ou une haine du so called Nu Metal- et ont toujours craché sur le groupe, ...
  • slipknot-the-gray-chapter-newMths | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci de bien faire comprendre que quiconque n'aime pas cet album est un "rageux bas du front", ça fait toujours plaisir. Et si ce n'est pas le message que tu voulais faire passer, je t'invite cordialement à retravailler le début de ta chronique... Je trouve que, dans les titres qui ont été balancés sur le Web, il y a q...
  • fartbarf-dirtypowerRémi | 19 octobre 2014
    Fartbarf – Dirty Power
    masques, vocoder et Lap dance? merci au revoir.
  • occultation - silence in the ancestral houseIkea | 15 octobre 2014
    Occultation – Silence in the Ancestral House
    Sans aller jusqu'au coup de cœur, un très bon album. Tout à fait d'accord sur l'ambiance, très réussie, renvoyant aux films d'Argento, Fulci et consorts. Quant au côté Ghost... Il est présent mais Occultation est tellement plus raffiné, insidieux, que j'ai tendance à le mettre à-part. Clairement, un groupe qui montre ...
  • krieg-transientdarkantisthene | 13 octobre 2014
    Krieg – Transient
    très belle sortie, je suis moins fan de la "2ème" partie de l'album mais ça reste très intéressant dans le style.
  • White Lung - Deep FantasyRIRIMARTIGUES | 09 octobre 2014
    White Lung – Deep Fantasy
    Je découvre et suis déjà sous l'emprise. Ca t'attrape et tu ne lâches plus...
  • vampiresquid-nautilusworldshaq | 07 octobre 2014
    Vampire Squid – Nautilus World
    Merci pour la découverte, très bon album de Death technique-mais-pas-trop, bien produit, et en name your price sur bandcamp : aucune excuse de ne pas lâcher quelques ronds pour une galettes vraiment bien fichue.