Flying Pooh – Spanking Day

2 Commentaires      1 050
Style: rock étrangeAnnee de sortie: 2005

Flying Pooh cultive l’art de la fessée. Déjà en 2000, leur deuxième album, Viva San Antonio, avait su réveiller nos tendances fétichistes. Enregistré par Stephane Kraemer, le groupe faisait souffler un vent de fraîcheur sur une scène néo metal française à qui on l’a trop vite assimilé. Après cinq ans d’attente les voila qui reviennent, le jour de la Saint Valentin, jour des amoureux et date de sortie officielle de ce Spanking Day.

Flying Pooh est un groupe à part dans le paysage musical français. Abonné au système D, Satanus au chant, Rek et Mc Dave à la guitare, Benart à la basse, Matt derrière les fûts et Nox au clavier, pratiquent un joyeux mélange d’inspirations diverses entre metal, funk, jazz et polka. Entièrement autoproduit et autogéré le groupe, comme le bon vin, a su profiter de ces années de silence pour peaufiner sa musique. Alors que nous réserve ce nouveau crû 2005 ?

Derrière un artwork porno chic du plus bel effet se dissimulent onze titres aussi surprenants qu’inventifs. La musique des Parisiens se teinte d’une couleur plus sombre, au bouquet mêlant habilement ambiances cinématographiques, sons étranges, rythmes disco, sifflements lugubres et hurlements hystériques. Dès les premiers accords « Get Drunk » annonce le virage rock amorcé par le groupe. Les guitares sont de sortie et la batterie martèle ses rythmes implacables. L’efficacité est de mise avec l’ultra speed « Your life » ou le sexy « Super Pin-up » aux accents surf music. Spankin Day profite de la production du sorcier bellevillois Francis Caste, responsable du son monstrueux du dernier EP de Lazy. La musique de Flying Pooh atteint alors une efficacité et une précision qui manquait à leurs précédents méfaits.

Les “cacas volants “ n’en oublient pas le second degré pour autant avec des titres aussi décalés que « Wanna kill a Rock Superstar » ou le dansant « Be fat! » aux influences daft punkiennes. Les dix titres de l’album sont autant de contes délirants. Dans cet univers surréaliste et macabre se côtoient supers pin ups, tueurs de rock star en devenir et mignons petits fantômes, aux prises avec leurs problèmes de poids, de couple et de boisson. Le clavier participe fortement à cet esprit cartoonesque en injectant de nombreuses sonorités loufoques, véritables hommages aux vieux films d’horreur de la Warner.

Le piano ténébreux de « Good morning sweet heart » révèle le coté obscur d’un groupe qui sait prendre son temps pour laisser libre cours aux expérimentations sonores. Tandis que le clavecin de « Spanking Day » nous ramène en plein trip renaissance, l’épuisante escalade de « Me, I and myself » et son sample hystérique nous conduit directement à l’asile. La perte en cours de route du percussionniste et du tromboniste permet au groupe d’accoucher de parties instrumentales à l’atmosphère inquiétante. Flying Pooh se ballade alors le long de chemins tortueux au cœur d’ambiances tour à tour joyeuses et malsaines. Les guitares font planer un danger sourd, et les attaques d’un rock ténébreux parcouru de cris hystériques et de sons menaçants vous glacent le sang.

Malgré les quelques longueurs relevées au détour d’un passage instrumental, ce “jour de la fessée“ conserve une homogénéité remarquable. Plus directes et plus abouties, les compositions dévoilent peu à peu leurs richesses, ce petit grain de folie capable d’enflammer un public de plus en plus nombreux à chaque concert. Flying Pooh maîtrise parfaitement ce rock kaléidoscopique inventif et jouissif. Même l’exercice souvent fastidieux du remix se révèle ici excellent en apportant une nouvelle dimension à l’univers du groupe.

Si Flying Pooh ne vend pas autant de disques que les artistes trop vite étiquetés « nouveaux talents », il n’en est pas moins sincère, passionné et passionnant.
Alors, gare à vos fesses !

  1. get drunk
  2. good morning sweet heart
  3. wanna kill a rock superstar
  4. myaghi
  5. spanking day
  6. me, i and myself
  7. be fat!
  8. your life
  9. super pin-up
  10. my lovely ghost
  11. super pin-up sportes remix (by benjamin sportes/sporto kan)
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Phil says:

    Bonne chronique pour un putain de groupe !!!
    à voir absolument en concert !!!!!

  2. Alexia says:

    Flying Pooh nous gratifie avec ce Spanking Day d’une palette d’ambiances et d’émotions riches où les extrêmes se côtoient avec brio…un rock déjanté, véritablement inspiré, étrange – voire inquiétant – : J’ADORE !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *