The Shins – Wincing the Night Away

2 Commentaires      1 222
Style: pop rockAnnee de sortie: 2007Label: Sub Pop

J’évoquais dans la chronique de The End avec la délicatesse qui me caractérise les joies inestimables du printemps. Peut-on cependant légitimement, sincèrement même, écouter avec la même ferveur infatigable autant de disques de black-post-drone-machin-noise alors que par la fenêtre ouverte parviennent aux oreilles les chants des oiseaux et les rires cristallins des enfants tandis que les doux rayons du soleil baignent une nuque que caresse le voluptueux zéphire printanier?
Je dis non.

Wincing the night away de The Shins est l’album parfait pour chanter à tue tête son insouciance juvénile (Australia, hommage rendu aux Beach Boys), pour se vautrer dans l’allégresse béate de « Turn on me » ou divaguer entre les nappes planantes de « Phantom Limb ». Ce disque résonne comme un vent de légèreté vivifiant et revigorant, joyeux, bien loin des regrets mélancoliques et nostalgiques, bien loin des tristes complaintes ou du chaos sonore, ce disque chatoyant et dynamique est le quota réglementaire de bonne humeur à écouter dans une journée. Ce disque est parcouru d’un seul et même sentiment, le bonheur, la légèreté, la bonne humeur, s’il évoque des ours roses qui dansent devant de jeunes filles aux cheveux fleuris, il accorde tout de même assez de variété pour ne pas écoeurer par trop de joie de vivre (parce que onze fois Australia, c’est un coup à avoir la nausée), entre morceaux vaporeux et folies aux orchestrations bigarrées. Wincing the night away étonne par son écriture talentueuse et virtuose, s’écartant avec une facilité déconcertante des carcans traditionnels de la pop pour oser des arrangements électroniques ou toucher à la new wave avant de retourner paisiblement jouer sur ses plates bandes musicales habituelles, naturellement, simplement, harmonieusement, comme si de rien n’était.

Wincing the night away est un disque réjouissant, enthousiasmant, qui sonne comme le fait de musiciens épanouis qui auraient passé l’âge de s’épancher sur leurs traumatismes post-adolescents. Reste à savoir si ce disque résistera début octobre au retour du froid, aux doudounes qui enfouissent la féminité sous d’insondables épaisseurs de nylon et d’acrylique, à la chute des feuilles d’arbre, à l’ennui, à la mélancolie et au spleen – il sera alors bien temps de ressortir le Neurosis des familles pour y remédier. Pour l’instant, on pourra toujours écouter avec la même jubilation naïve ces onze perles de pop débridée et euphorique. Youpi.

  1. sleeping lessons
  2. australia
  3. pam berry
  4. phantom limb
  5. sea legs
  6. red rabbits
  7. turn on me
  8. black wave
  9. split needles
  10. girl sailor
  11. a comets appears

Chroniqueur

marc

Je donne mon avis pas très éclairé sur des disques que j'aime bien ou je dis du mal de disques que j'aime un peu moins. Cet avis n'engage que moi-même, ma conscience et mon chat, vous êtes libres de ne pas être d'accord (quoique...) et de venir en discuter dans les commentaires afin que je vous convainque que vous vous trompez.

marc a écrit 38 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Alex says:

    Tient, The Shins sur Eklektik? Sympa. Un album très frais, naïf et riche, parfait pr se détendre et se laisser aller à une musique moins cérébrale, plus accesible mais non moins interessante. De la pop, ouais! mais d’la bonne!

  2. n1tien says:

    superble album qui livre ses perles petit a petit! Visionnez le clip de la chanson « phantom limb », un vrai bijou! Je vous conseil également les autres albums completement méconnus en france, ils sont bourrés de tubes pop folk!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *