Thrice – Vheissu

11 Commentaires      1 818
Style: emocoreAnnee de sortie: 2005Label: Island Records

Thrice est un des groupes les plus appréciés de toute la vague émocore qui a sévi il y a quelques années, et ils ont su en 3 albums affiner un style assez personnel et depuis pas mal copié, même si les ingrédients de base sont les mêmes que pour tous ces groupes, une base punk/rock mélodique boosté au son hardcore et infesté de riffs métal, et un chant naviguant entre mélodies pop et cris rageurs. Un mélange assez batard mais diablement efficace, et Thrice en est indéniablement un des meilleurs représentants, leur dernier album The Artist in the Ambulance ayant su s’imposer avec son alternance de titres puissants aux gros riffs metal -les influences thrash/melodeath façon suédoise sont évidentes- et titres plus space d’un bon gros rock émotionnel mais couillu.

Ils ont pris leur temps pour ce nouvel album, Vheissu, remettant, on s’en rend compte très rapidement, manifestement en cause leur son.

Pourtant, on rentre direct dans le coeur du sujet avec les cris collectifs d »un « Image of the Invisible » bien décapant, single assez évident, très punk dans l’esprit, rageur mais assez lancinant, qui rappelle assez certains titres de The Artist in the Ambulance.
Pourtant après cette mise en confiance, le reste de l’album différe en bien des points de ce à quoi ils nous avaient habitué.
Où sont passés les riffs de Teppei? Exit les gimmicks metal qui assuraient au groupe une pêche indéniable, exit aussi les passages rappelant le plus le hardcore, quasiment plus de gros passages lourds façon mosh part.

La musique du groupe a en fait subi un virage à 90° sur cet album -pas tout à fait un bouleversement- se tournant souvent vers un emo/rock beaucoup plus sage, faisant la part belles aux atmosphères, les morceaux mettant du temps à s’amorcer. Les sonorités changent également, les éléments électroniques et les pianos remplaçant fréquemment une des guitares, et le groupe n’hésite pas à partir dans des passages planants où des arpèges de guitares se mêlent à des nappes aériennes. Dustin Kensrue montre qu’il est toujours capable de pousser des cris dévastateurs mais il privilégie un chant mélodique « à fleur de peau » quoique toujours bien puissant.

Tiens ça ne correspondrait pas à un groupe qui « atteint la maturité » ça? ce qui rime souvent avec transformation en soupe. Mais dans le cas de Vheissu non. L’écoute de cet album m’a enchanté de bout en bout, car il est bien question de maturité, le groupe ayant perdu peu à peu les dernières traces d’adolescence qui marquait ses précédents albums. Et puis même apaisé, on retrouve les marques de fabrique de Thrice, les rythmiques puissantes, les refrains catchy, les petis soli de guitares, ainsi que la voix surpuissante qui n’abandonne d’ailleurs pas les cris bien rauques. Ils n’oublient en fait pas non plus la rage, qui contenue, n’en éclate que plus violemment, par exemple sur un « The Earth Will Shake » quasiment post-hardcore, –Isis n’est pas loin par moments-, ou même sur la magnifique ballade au piano « For Miles » se terminant dans une instrumentation chargée sur des cris rageurs digne de Poison the Well.

Etant amateur de leurs anciens albums, tous ces éléments ne pouvaient que me remettre dans le bain, ne restant plus qu’à assimiler un style plus intimiste et poignant, mais également bien profond et ambitieux, avec un certain esprit arty qui se dégage d’ailleurs de l’objet dans son ensemble avec son artwork travaillé. Un joli digipack dont le livret fourni (30 pages) contient un commentaire de chacun des 4 membres du groupe pour chaque morceau, rapportant des détails allant de la composition à l’enregsitrement. La démarche est rare et très intéressante je trouve.

Les premiers fans du groupe risquent d’être déçus, certains abandonneront sûrement le navire, je regrette moi-même aussi un peu les riffs metal d’un « Identity Crisis » ou d’un « Under A Killing Moon ». Mais finalement crier à la déception à l’écoute de ce nouvel album est facile, le groupe s’étant dirigé dans une direction plus abordable, mais l’argumenter l’est moins, tant cet album respire le talent, et est interprété à la perfection. Vheissu n’est pas une réussite totale, mais une étape agréable le cursus du groupe.

  1. image of the invisible
  2. between the end and where we lie
  3. earth will shake
  4. atlantic
  5. for miles
  6. hold fast hope
  7. music box
  8. like moths to flame
  9. of dust and nations
  10. stand and feel your worth
  11. red sky
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 509 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

11 Commentaires

  1. Vyn says:

    Très bel album. Un gros travail sur la production et les effets sonores, des mélodies inattaquables, une passion toujours présente. Un des albums de l’année 2005.

  2. fakou says:

    « les petis solis de guitares » un solo des soli :)

    perso j’aimais bien le 1er sans plus, le 2e etait terrible, ce 3e album est bien sympa aussi, mieux que le premier mais n’égale pas artist in the ambulance malgré de très bonnes compos

  3. fakou says:

    « les petis solis de guitares » un solo des soli :)

    perso j’aimais bien le 1er sans plus, le 2e etait terrible, ce 3e album est bien sympa aussi, mieux que le premier mais n’égale pas artist in the ambulance malgré de très bonnes compos

  4. fakou says:

    « les petis solis de guitares » un solo des soli :)

    perso j’aimais bien le 1er sans plus, le 2e etait terrible, ce 3e album est bien sympa aussi, mieux que le premier mais n’égale pas artist in the ambulance malgré de très bonnes compos

  5. Pierre says:

    t’emballes pas poulette…on comprend au bout d’une fois ;)
    cet album est, comment dire, déroutant c’est le moins qu’on puisse dire mais déroutant ne veut pas dire mauvais. Moins agressif certes, je pense que l’on ne va pas me contredire sur ce point mais il est beaucoup plus « exploratif » et aboutit à de petites merveilles comme music box, the earth will shake et image of the invisible par exemple. Le coté agressif est tout de même présent (hold fast hope).
    Les fan de la première heure apprécieront mais ceux qui découvrent ce groupe avec ce cd (personne de ce site si j’ose dire) n’aimeront pas forcément les 3 premiers cd qui sont plus rentre dedans mais tout aussi sublimes (surtout the artist in the ambulance)
    voila pour ma pomme (qui passionne bien trop de monde sur ce site…)

  6. chan says:

    ouais moi je m’en tape de ton avis exploratif…
    hehehe

  7. fakou says:

    lol désolé pour le triple post (pas normal)

  8. wakos says:

    Comme l’a dit Pierre, cet album est assez déroutant lors des première écoutes mais en y réfléchissant un peu, il s’agit là de la suite logique de « The artist in the ambulance » qui lorgnait déjà vers des compos « progressives » si on peut le dire ainsi … Un très bon disque qui prendra peut-être plus de temps à certains avant d’être apprècié mais qui en vaut vraiment la peine …

  9. gemini_com says:

    Bien sûr Artist in the Ambulance est un bon album…celui permet au groupe,de fortement se distinguer de la masse des groupes émocore qui se multiplient exponentiellement ces derniers mois…Vheissu est une oeuvre a part ou des influence comme Radiohead, Muse,.. semblent évidentes (ajout du piano, constructions alambiquées, effets électronique..). Un bon 18/20 pour moi

  10. gemini_com says:

    Au fait Jonben, n’hésite pas à Chroniquer les 4 volumes « Alchemy Index », nouvelle oeuvre du groupe ou l’expérimentation a encore pris plus le pas…

  11. 1ternot2baz says:

    pareil pour moi, j’aime ce groupe ! en éspérant prochainement les chros de fire, water, air & earth !!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *