Tenhi – Maaaet

9 Commentaires      2 015
Style: folkAnnee de sortie: 2006Label: Prophecy

Dans la vie de chroniqueur il y a certains albums qu’on a du mal a chroniquer. Non par manque de qualité, mais plus dans la difficulté que l’on peut ressentir à coucher sur papier (ou sur écran dans ce cas) les émotions que ce genre de disque nous fait ressentir. C’est comme ça, certains albums se vivent, se ressentent, presque plus encore qu’ils ne s’écoutent. Il est bien trop facile de se contenter d’« entendre » certaines choses, il faut les écouter, les comprendre, les laisser mûrir dans son cerveau, laisser des images apparaître. Tenhi fait parti de ce genre de groupes qui, à chaque sortie nous plonge dans un véritable déluge de superbe que des mots empêcheraient de faire transparaître à leur juste valeur. Pour ceux qui auraient le grand tort de ne pas connaître Tenhi je vais faire un bref topo sur le groupe avant de parler plus précisément de ce Maaäet.

Tenhi c’est d’abord le bébé de deux finlandais Tyko Saarikko et Ilkka Salminen de leurs petits noms. Par la suite entouré par pléthore de musiciens, le duo aura d’abord enregistré une démo en 1997 et un MCD en 1998. Rejoint par 3 autres musiciens, le groupe sortira en 1998 son premier véritable album : le fantastique Kauan qui reste, encore aujourd’hui une perle incontournable. En 1999 le mini Airut:Ciwi et son grandiose « Kielo » (incompréhensible d’ailleurs que ce morceau n’ait pas été retenu pour figurer sur Kauan ) voient le jour, pour décoller véritablement avec Väre en 2002 preuve d’une grande maturation du projet Tenhi. Il était question d’un MCD après Väre peut-être est-ce une erreur de ma part mais il me semble que ce projet, censé être la suite de Airut:Ciwi , n’est jamais sorti. Toujours est-il que 4 ans après, le nouveau Tenhi est enfin arrivé et au vu du bébé, qui s’en plaindra ?

Alors Tenhi ça cause de quoi ? Pour faire simple nous dirons que c’est une espèce de folk, toujours mélancolique et relativement sombre (quoique Kauan l’était sans doute moins que ses successeurs avec son « Revontulet » par exemple). Moults instruments ont été et sont d’ailleurs toujours utilisés par le groupe comme des violons, des guimbardes, du piano, de la harpe, de la flûte, bref tout le matériel pour nous enchanter. D’un point de vue des thématiques abordées, et ne comprenant pas le finnois, je me bornerais a répéter ce qui est écrit sur leur site (que je vous invite a consulter ne serait ce que pour télécharger les extraits), à savoir les sentiments refoulés, la fragilité et le côté mystique de la nature. Admettons.

Maaäet (parce que c’est quand même ça qui nous intéresse) s’inscrit dans la droite lignée de ces prédécesseurs avec quand même une évolution notable au niveau des vocaux. Ceux-ci, restent en finnois que les fans se rassurent (mais y en a-t-il tellement des fans parmi notre lectorat ?), mais prennent une place encore plus importante que par le passé et tiennent vraiment ici le devant de la scène. En terme d’instrumentations le Tenhi habituel est toujours là et réussit une fois de plus à prendre aux tripes et à se sublimer. Difficile de citer une pièce parmi toutes celles proposées tant la qualité est toujours au rendez-vous. Une chose est néanmoins certaine : les fans de Tenhi ne seront pas vraiment surpris par la direction prise par le groupe. Plus touffu, plus complet et plus difficile à appréhender que les précédentes réalisation du groupe il n’en est pas moins le théatre d’une brillante illustration de ce que la musique peut-être une belle chose quand elle est composée avec talent.

Le sticker accolé à l’album comparait Tenhi à Sigur Ros et là où le second me laisse profondément de marbre, parvenant même à me les briser menu, le premier est tout simplement une réussite de tout premier plan à placer à côté des grandioses Empyrium et en particulier de l’album Weiland . Evoluant dans un style résolument loin du métal le groupe se pose néanmoins comme un incontournable pour chaque métalleux en quête de douceur dans ce monde de brute. Véritable enchantement auditif, je n’aurai qu’un conseil : foncez acheter cet album et profitez-en pour prendre l’intégralité des albums du groupe, toute déception est interdite et tout simplement inimaginable (encore faut-il ne pas être allergique au style « troubadour en haut de sa montagne » duquel le groupe est assez proche, hein Krakou ;) ).

  1. varpuspäivä
  2. kuoppa
  3. kuulut kesiin
  4. salain
  5. viimeiseen
  6. vähäinen violetissa
  7. sarastuskävijä
  8. maa syttyy
  9. tuulenkaato
  10. aatos
  11. uuvu oravan luu
  12. rannalta haettu
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

9 Commentaires

  1. Hallu says:

    « il me semble que ce projet, censé être la suite de Airut:Ciwi , n’est jamais sorti. »
    ==> Si, c’est sorti, ça s’appelle Harmaa et l’album s’appelle Airut : Aamujen, c’est indiqué sur leur site et je l’ai chroniqué sur VS : http://www.vs-webzine.com/news.php?page=kronik&id_news=4611
    Sinon c’est de la folk pure et dure, pas une « espèce » de folk, car contrairement à la folk médiévale beaucoup trop présente (avec des tonnes de groupes inintéressants), Tenhi prend ses racines dans son pays, sa nature, son atmosphère. Par contre on dirait que tu n’as pas encore acheté un de leurs albums (ou tu n’as eu que des versions promo), car les paroles y sont toujours traduites en anglais dans le livret.
    En ce qui concerne cet album en particulier, Tenhi prend une voie plus sombre, comme l’atteste l’artwork, et plus minimaliste que « Vare ». C’est toujours aussi beau à pleurer, mais pour l’instant je lui préfère « Vare », enfin peut-être mon opinion changera dans quelque temps.

  2. dah-neir says:

    Effectivement les paroles sont traduites j’avais po vu, j’avais pas regardé à l’interieur. Autant pour moi

  3. Devin says:

    « Varpuspäivä » nous reprend là où avait laissé Vâre et de la plus belle des manières (on sent que Harmaa est passé par-là) , « Kuoppa » aussi avec sa mélodie très catchy fait un peu penser à Väre mais globalement je trouve l’album vraiment différent. Väre avait dans presque tous ses morceaux des passages « accrocheurs » avec des mélodies mémorisables instantanément . J’ai eu plus de mal à rentrer dans celui-là mais je crois bien que c’est leur meilleur album et le plus triste. Je ne conseille pas celui là pour commencer par contre.

  4. Devin says:

    « où nous avait laissé ».. et au passage une petite tournée ne serait pas de refus.. on peut toujours rêver hein? :D

  5. Hallu says:

    C’est vrai que ce serait intéressant à voir en live.

  6. Shadow says:

    Acheté les yeux fermés… Une excellente réussite, comme toujours avec Tenhi.

  7. Borealis says:

    Magnifique! Rien à redire, Tenhi nous pond une fois de plus une perle intemporelle. Je doutais de leur capacité à faire mieux que « Väre », ils prouvent avec « maaäet » qu’ils peuvent égaler leur précédent chef d’oeuvre.
    Ce n’est toutefois pas l’album que je conseillerais pour découvrir le groupe. Plus sombre, plus « shamanique », finalement plus dans l’esprit d' »aircut:ciwi » (mais dix divisions au-dessus!), le nouvel album est aussi plus difficile d’écoute et n’est pas assimilable avec autant de facilité que « Väre » et ses passages accrocheurs, qui reste pour moi la voie royale pour pénétrer l’univers du groupe.

  8. jonben jonben says:

    Magnifique, un de mes albums préférés de cette année.

  9. Salaï says:

    Sublime. « Maaaët » est un album culte. Une atmostphère magnifiquement planante, empreinte d’une reposante sérénité. Je n’aime pas parler de disque déprimant; du moins ce n’est pas comme cela que je l’appréhende. Cette musique est magique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *