Steve Von Till – A Grave Is a Grim Horse

5 Commentaires      1 437
Style: dark folkAnnee de sortie: 2008Label: Neurot Recordings

Bizarrement, que ce soit avec Neurosis ou sur les albums signés de son nom, Steve von Till m’aura toujours laissé l’impression d’un musicien perpétuellement en préretraite, penché sur la grisaille du monde avec un recul de patriarche et une lucidité de grand bourlingueur tout juste revenu d’un voyage qu’il sait avoir été le dernier. Pour faire simple c’est un mec qui impose naturellement le respect et dont on ne peut que prendre l’avis au sérieux, et à plus forte raison la musique. Toujours ancrés par besoin vital dans l’héritage folk de l’Ouest américain, les derniers états d’âme solitaires (ou presque) de celui qui a calqué sa barbiche sur celle de notre éminent rédac’ chef Jonben renouent huit ans après avec le creuset environnementaliste de As the Crow Flies. Là où If I Should Fall to the Field (2002) se rapprochait de la terre façonnée et des hommes, A Grave is a Grim Horse et son totem la chouette en carton retournent survoler sans relâche les sanctuaires premiers où la truite a la loutre comme seule prédatrice et où la brume glacée monte de l’humus vierge au petit matin. Un décor qui passe dans le geste de la façon la plus simple et la plus compétente. L’homme s’adonne à un travail de cordes spacieux, aux accords amples et au grain cristallin, qui s’accomode délicieusement de la présence humble du violon, des arpèges en delay, et de rares saturations voilées. Un travail marqué par la patience de l’écorce, que chaque nouvelle crevasse rend plus noble. Le chant de von Till, égal à lui-même dans ses accents bourrus mais bienveillants, arrondit le corps de chansons dont une grande partie du caractère – et de la légitimité – réside dans leur refus du rythme dicté, leur mélancolie immuable, qui ferait passer Neil Young pour un facétieux ménestrel. C’est précisément ce qui pourra assommer certains. C’est précisément ce qui rend cet album poignant et profondément abouti, tant spirituellement que musicalement. Les trois tentatives solos de Steve von Till se seront soldées par des réussites, mais celle-ci tient presque du joyau. « What’s done is done/ What’s gone is gone… »

  1. a grave is a grim horse
  2. clothes of sand
  3. the acre
  4. willow tree
  5. valley of the moon
  6. spider song
  7. looking for dry land
  8. western son
  9. brigit’s cross
  10. promises
  11. gravity
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. Rémi says:

    très bonne chronique. T’as raison, un mec qui impose naturellement le respect. Petite préfèrence toutefois pour le précédent album, « If I Should Fall to the Field ». Mais ça reste d’une grande et subtile classe.

  2. pearly says:

    Sublime, à l’opposé de l’album de Scott kelly. Vin diou, quelle voix, quelles ambiances.

  3. Faya says:

    Faut que je l’approfindisse encore parce que seul le premier titre et Spider Song me retourne les tripes, le reste est juste cool. Ce qui prouve la durée de vie de ce skeud, j’ai toujours vachement envie de l’écouter.

  4. XXuK says:

    Cet album est génial et tourne en boucle chez moi depuis quelques jours. D’ailleurs, va falloir que je me mette un p’tit truc un peu plus gai parce que là, l’humeur se fait sombre…

  5. neurofan says:

    Magnifique album de la part d’un grand Monsieur, les albums de Scott Kelly sont bons aussi mais arrivent pas à la heuteur de Von Till

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *