Myrkur – Spine

Pas de commentaires      177
Style: Ethereal Folk avec quelques touches de metalAnnee de sortie: 2023Label: Relapse

Pas difficile à la vue de la pochette de comprendre qu’Amaalie Bruun nous revient en 2023 avec une approche qui apparaît plus metal au moins dans l’imagerie, que sur son album Folkesange (album qui nous avait tant séduit et reste notre favori de l’américano-danoise) qui la voyait revisiter des classiques de la folk scandinave, sans la moindre trace de saturation ou de black metal, genre qui infusait pourtant sa musique depuis ses débuts.

Restait à voir, si cette approche se sentirait également dans la musique de Myrkur sur Spine. Et effectivement on retrouve sur l’album ça et là des traces de metal, très légères toutefois, à tel point d’ailleurs qu’on se demande parfois si Amaalie n’en a pas collé un peu juste pour le principe d’en coller, sans que la pertinence de l’ensemble soit toujours parfaitement frappante. Meilleur exemple sur lequel l’auditeur ne mettra pas longtemps à tomber (d’autant plus que ce titre sert de « single », avec un clip assez inutile d’ailleurs), le titre « Like Humans » présente une ambiance un peu menaçante du meilleur effet, sur laquelle Amaalie pose sa voix toujours aussi délicieuse, et le titre est plutôt réussi dans son ensemble, exception faite justement de cette incartade de blast beats black metal sur la fin, aussi inutile qu’inintéressante. Elle nous refait d’ailleurs le coup juste après avec « Mothlike », titre sur lequel viennent également s’ajouter des cris saturés dans l’arrière-scène et un solo de guitare saturée, tout cela dénaturant là encore un peu maladroitement un titre par ailleurs très électro-pop. Heureusement les choses fonctionnent mieux et semblent faites avec un peu plus de naturel sur d’autres titres : le morceau titre qui commence comme du Agnès Obel avec ces jolies notes de piano, se retrouve lui aussi envahi par des guitares saturées et une batterie agressive, mais Amaalie a le mérite de ne pas trop forcer le trait pour garder un certain naturel. C’est également le cas sur d’autres titres comme « Valkyriernes Sang » (titre probablement le plus résolument metal de l’album) ou le plus lourd « Blazing Sky ».

Elle ne rentre d’ailleurs heureusement pas systématiquement dans ce schéma sur tous les titres de l’album, des morceaus comme « My Blood is Gold », les 3/4 de « Devil in the Detail » ou le conclusif « Menneskebarn » (qui a tout de la berceuse jusque dans ces « Sleeeeep my child ») la voyant se concentrer sur la facette pop-folk/ethereal un peu grandiloquente qu’elle maîtrise parfaitement même si on pense souvent alors à Enya et qu’on lui préfère toujours la sobriété et la classe de son interprétation des morceaux traditionnels de Folkesange.

Au final le bilan de ce Spine est quelque peu mitigé. L’album laisse un goût de trop peu, d’abord par sa durée (33 minutes seulement) qui ne se justifie en rien par son intensité, et malgré le talent vocal indéniable de la belle blonde on n’est pas vraiment emporté par ces 9 titres qui s’écoutent certes sans problème en fond mais ne touchent jamais autant qu’ont pu le faire ses interprétations de « House Carpenter » ou « Harpens Kraft ». Sa facette folk est trop peu exploitée sur Spine, un album qui risque d’être vite oublié, et auquel on préférera même sa courte bande originale de la pièce de théâtre Ragnarok (album paru en début d’année).

Tracklist :
01 – Bålfærd 02:37
02 – Like Humans 04:46
03 – Mothlike 04:10
04 – My Blood Is Gold 03:42
05 – Spine 04:03
06 – Valkyriernes Sang 03:55
07 – Blazing Sky 03:26
08 – Devil in the Detail 04:22
09 – Menneskebarn 02:39

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1167 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *