The Chaser de Na Hong-Jin

1 Commentaire      683
Annee de sortie: 2010

The Chaser est le premier film d'un réalisateur que l'on peut qualifier de surdoué pour avoir aussi bien compris le thriller et avoir fait un film dépassant les codes du genre pour surprendre le spectateur. Durant le film je me suis fait la réflexion qu'aucun autre film américain, du type Seven, ne m'avait autant remué que cette course poursuite pour sauver une jeune femme de la maison d'un tueur.
L'originalité du scénario est de dévoiler dès le départ l'identité du tueur, de le livrer à la police et de le faire avouer durant la première demi- heure. Occupé par l'enregistrement de la déposition du criminel, la police ne s'occupe donc plus de ce que le héros, un ancien enquêteur de police devenu proxénète, essaye tant bien que mal de faire : retrouver une de ses prostitués. Accompagné de la fille de cette dernière et de son assistant, un brin stupide, il parcourt alors la ville et frappe contre des murs et des portes quitte à les défoncer.
Bien que sympathique, ce héros ne fait pourtant rien pour que les choses aillent mieux. Il frappe, ment et se comporte comme un parfait salopard envers cette petite fille qui voit clair dans son jeu et ne se laisse pas berner par les gros bras de celui-ci. Le duo "d'enquêteur" échappe donc a tous les clichés et se comporte finalement comme des personnes tout à fait normals a qui incombe la tâche de retrouver une disparue envers et contre tout. Ils sont désemparés, tente l'impossible et n'ont aucune véritable idée de la marche à suivre.
Comparable en terme d'atmosphère et de déroulement du scénario à Memories of Murder et The Host de Boon Joon-Ho, The Chaser de Na Hong-Jin est un thriller parfait auquel on ne retrouverait à redire que dans sa fin à tiroir qui en a dérangé certains. J'ai un avis différent sur la question bien que je comprenne très bien ce point de vu car ce film est tellement épuisant qu'au bout d'un moment on ne peut plus retenir la tension et l'on demande que tout cela s'arrête. La course poursuite menée à bout de souffle par les personnages, à travers une ville coréenne où tout le monde semble se contre foutre de la vie d'une prostituée, est une des meilleures expériences cinématographiques que nous a récemment proposée la Corée dont le réservoir de talent ne semble jamais s'épuiser. Na Hong-Jin, voilà un nouveau nom à retenir.  

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Sur le même sujet

Commentaire

  1. alchemist says:

    Noir, désespéré et désespérant, ce film au héros pathétique est prenant et superbe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *