Monde de gloire

Pas de commentaires      1 613
Annee de sortie: 1991

Dés les premiers instants, le ton est donné – couleurs ternes ; silences prolongés ; scènes longilignes – engendrant des séquences sans vie parfois insoutenables. En effet, dés l’ouverture Monde de gloire nous plonge dans un univers cruel et sordide qui semble largement s’inspirer de l’âge d’or du cinéma « expressionniste » allemand (l’image ci-contre par exemple, est une référence évidente au célèbre tableau de Munch.)

Concernant la réaction du public, elle ne peut être qu’antagoniste à celle des protagonistes qui demeurent insensibles au portrait morbide qui se dresse devant eux. C’est comme cela que le réalisateur installe le malaise dans l’inconscient du spectateur, sentiment qui ne le quittera plus durant le quart d’heure que durera le court-métrage.

Par la suite, l’enchainement des scènes transmettra un message pessimiste sur la condition humaine à travers le témoignage de ce courtier qui lève le voile sur son intimité et livre un portrait de sa vie dépouillé de toute pudeur. Cette absence d’émotion qui s’amasse de scène en scène déshumanisera alors littéralement l’espèce la plus évoluée. En effet, on est amené à se poser la question « Lorsque la société régit intégralement notre vie et que notre mort elle-même est anticipée, quel sens peut-on donner à l’existence ? ». Finalement, l’homme a anéanti l’humain. On s’emprisonne dans ce désir de stabilité perdant de vue l’essentiel !

De ce fait un monde dénué d’art comme d’imprévu n’a plus aucune saveur, et si c’est le prix à payer pour avoir une place confortable dans les rangs, NON MERCI !!! On préféra alors une vie dissolue mais buvable… A l’aide de cette œuvre manichéenne, Roy Andersson tentera de conduire ses contemporains à se remettre en question et à réfléchir sur la véritable signification de la vie.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x1cbym_anderson-monde-de-gloire_shortfilms[/dailymotion]

Up Next

Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *