Iron Sky

4 Commentaires      1 602
Annee de sortie: 2012

Il y a 5 ans, un mystérieux trailer apparaissait sur le net. Il mettait en scène l’échappée des nazis en 1945 vers la face cachée de la lune, tout en annonçant leur retour sur Terre en 2018. Cette uchronie bien farfelue n’ayant pas réussi à convaincre les studios, c’est en partie grâce au financement des internautes que le film pu voir le jour.

Ainsi, plusieurs trailers sont apparus, de plus en plus aboutis, nous prouvant que c’était loin d’être une blague et que ce scénario absurde allait bel et bien prendre forme.

Toutefois, si le film existe maintenant bel et bien, c’est aujourd’hui la distribution qui pose problème car rien n’est encore planifié pour la France alors qu’il est sorti en avril en Allemagne et Finlande. Cette fois encore, les fans sont appelés à se mobiliser pour convaincre d’éventuels distributeurs (dont la frilosité peut se comprendre).

L’an dernier, au festival des Utopiales de Nantes, j’avais eu la chance d’assister à une séance-rencontre avec deux membres de l’équipe de production. Ceux-ci nous présentaient quelques scènes inédites et nous expliquaient la genèse du projet ainsi que son mode de financement.

Un an après, le film est présenté en avant-première française et en compétition à ce même festival (il obtient le prix du public ainsi qu’une mention du jury). Bien évidement j’ai saisi cette occasion exceptionnelle, non sans excitation mais aussi avec la crainte de voir un produit fini en deçà de l’attente suscitée. Pour l’occasion, le réalisateur lui-même est venu présenter son film un peu comme James Hetfield présenterait ses titres sur scène, à coup de « are you ready ? », avec les poings levés… la « Rock star attitude » quoi. Ailleurs on trouverait ça ridicule mais on est aux Utopiales.

Iron Sky

Histoire de briser tout de suite le suspense, Iron Sky est une vraie bonne surprise ! Une véritable série Z qui s’assume pleinement (normal avec un tel pitch) mais au scénario imprévisible, avec une galerie de personnages tous aussi déjantés les uns que les autres. Le plus drôle restant quand même cette technologie allemande, qui est restée la même qu’en 1940, malgré leur capacité a avoir pu s’installer et vivre sur la lune. Ainsi, c’est en side-car que les soldats allemands se déplacent et leurs ordinateurs occupent encore la moitié d’une pièce. Un rétro-futurisme qui ancre le film dans un esthétisme steampunk.
Si ce film met en scène les américains dans cette “Guerre mondiale des étoiles”, on appréciera que ce ne sont pas eux qui le réalisent, et l’on évitera ainsi les élans patriotiques auxquels Michael Bay et ses potes nous on habitués. Tous comme les nazis du film, ceux-ci en prennent donc pour leur grade. Ce n’est pas dans Independance Day que le président aurait pu déclarer “La seule guerre qu’on ait gagné à la loyale“ en parlant du conflit de 39-45…

Visuellement aussi ce film est une réussite et se hisse sans peine au niveau des gros blockbusters américains (les scènes de combats dans l’espace sont dantesques). Étonnant ce que l’on peut faire aujourd’hui avec peu de moyens (7 petits millions de dollars, à comparer évidemment avec le coût des blockbusters actuels), mais beaucoup de motivation (et de patience). Enfin je ne m’étendrai pas trop, ce genre de film ne s’analyse pas, il se savoure avec des amis, des bières et des pizzas. Car oui, si il ne sera pas aisé de le voir sur grand écran, les DVDs et Blu-rays sont d’ores et déjà disponibles sur le site officiel du film (voir en fin d’article)

Iron Sky. De Timo Vuorensola (2012 – Australie, Finlande, Allemagne). Avec Julia Dietze, Götz Otto, Udo Kier, Christopher Kirby, Peta Sergeant, Stephanie Paul…

Site officiel
Site des Utopiales

 

Up Next

Sur le même sujet

4 Commentaires

  1. drommk says:

    un bon nanar à déguster entre potes, en effet

  2. joss says:

    je ne sais pas si on peut vraiment parler de nanar, pour moi le nanar est mal fait, alors que là c’est plutôt réussi visuellement !

    • drommk says:

      mmhh tu as probablement raison. Ca n’avait pas un caractère péjoratif dans ma tête.

  3. Angrom angrom says:

    nanar ça peut être affectif comme terme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *