Crumbling Ghost – II

2 Commentaires      1 786
Style: Psychédélic Doom FolkAnnee de sortie: 2013Label: Withered Hand Records

Amis adeptes de la fumette (et les autres aussi), voici encore une belle pièce de choix. J’étais personnellement passé à côté du premier album de ce combo anglais, mais une écoute de quelques nouveaux titres sur le bandcamp et je brandissais déjà mon mot de passe paypal pour m’acquitter d’une modeste somme me garantissant un téléchargement complet de ce nouvel album, et un digipack qui arrivera prochainement chez moi.
Ma conscience professionnelle étant sans faille, et ma générosité sans limite quand il s’agit de partager les bonnes choses, me voilà déjà en train de vous parler de ce très bel album.

La meilleure description qu’on puisse en faire à mon sens est de parler d’un mélange de doom et de folk anglais sachant que les racines folk du groupe sont sans aucun doute à rechercher plusieurs décennies en arrière. Difficile de ne pas voir des accointances avec les morceaux repris par Ulver sur leur dernier (excellent) album jusque dans les sonorités employées (cf le psychédélique « Saltlick » par exemple). En fait l’album n’a de cesse d’alterner entre morceaux instrumentaux (ou quasi) aux rythmiques parfois bien plombées (« Black Wax » ou « La Rotta » qui commence gentiment avant de prendre des accents heavy) et titres folk chantés par une demoiselle au timbre parfaitement rétro et délicieux, soutenus par des guitares acoustiques qui se mêlent souvent progressivement à des grosses couches de guitares électriques apportant une réelle lourdeur à un ensemble à la tonalité pourtant bien légère en apparence.

crumbling ghostRenseignements pris, il semble que les ballades folk ainsi utilisées soient des morceaux traditionnels, plusieurs fois enregistrés par divers artistes comme The Watersons pour « The Good Old Way » par exemple. « Poor Murdered Woman » date de 1968 et « Reynardine » est semble-t-il une ballade traditionnelle là aussi maintes fois enregistrée durant la période hippie. Pour sa version, Crumbling Ghost commence en douceur avant d’introduire plus de saturation et de basculer en mode « doom ». Idem sur « The Submerged Forest » qui bascule peu à peu dans un ton beaucoup plus heavy et se développe progressivement sur plus de 8 minutes.

On est parfois proche de l’univers d’un Hexvessel ou de Subrosa, même si le format choisi par Crumbling Ghost est plus concis et efficace (exception faite de « The Submerged Forest » donc). D’ailleurs l’album dépasse à peine les 40 minutes garantissant qu’aucune lassitude n’ait le temps de s’installer et que l’album tourne et tourne encore.

Une vraie plongée dans le passé, et un goût de reviens-y proprement irrésistible. Une très belle réussite! Avis aux amateurs!

[bandcamp album=3526662524 bgcol=FFFFFF linkcol=4285BB size=venti]

Tracklist :
1. Intro
2. The Good Old Way
3. Black Wax
4. La Rotta
5. Poor Murdered Woman
6. Saltlick
7. Reynardine
8. The Submerged Forest
9. All Things Are Quite Silent

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1035 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. jenny says:

    C’est un excellent album. Je le recommande fortement!!

  2. Ellestin says:

    Ok du Steeleye Span avec des grattes. Big deal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *