Wrist Deep – Silver & Nails

Pas de commentaires      1 624
Style: sludgecore meets powerviolenceAnnee de sortie: 2016Label: autoproduction

Les ricains ont toujours été habitués à ces phénomènes de mini-tornades, ces putains de spirales de vent fou qui débarquent de nulle part et qui dévastent tout sur leur passage, ne laissant que des miettes derrière elles. Wrist Deep, c’est un peu la même tambouille. Jeune trio formé l’an dernier du côté de Brooklynn, les mecs débarquent avec un second EP qui tend à confirmer les promesses perçues sur leur premier (Pescador, sorti il y a un an).

La recette du trio est simple: on prend des ingrédients dans des styles du genre douloureux (hardcore chaotique, powerviolence, sludge) et on ajoute un maximum de gravats à la préparation histoire d’avoir l’estomac bien chargé, malmené par les énormes vrombissements de la basse, le tout dans une optique de camionneur nihiliste. Compact et implacable, le son de ce Silver & Nails nous renvoie directement à la scène de Boise (Bone Dance), celle des débuts de Black Sheep Wall/Admiral Angry ou les plus récents Reproacher ou Globe And Beast, soit un goût prononcé pour le cambouis et pour la construction de murs en béton armé, des murs te tombant dessus dans un fracas assourdissant dès que tu passes à proximité.

Les quatre titres de ce Silver & Nails sont en effet autant de coups de boutoir impressionnants de sauvagerie, entre mosh parts ralenties et fulgurantes accélérations aux blasts ultra brutaux (façon Nails), la voix surplombant le tout étant monstrueusement rocailleuse (celle-ci se permettant de partir parfois dans des aigus un peu plus black metal). Bref, sans véritable révolution, Wrist Deep déverse un pur concentré de violence lourdingue, rempli de gras et de promesses. A suivre.

  1. Hang Tough
  2. Grey & Grey
  3. Scabb
  4. The Omega

Bandcamp

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *