The Living Blue – Fire, Blood, Water

3 Commentaires      986
Style: rock garageAnnee de sortie: 2006Label: Boxson/Anticraft

Avec le rock c’est souvent comme çà. Une flopée de groupes gentils, mignons, de temps à autre bruyants, souvent envahissants et finalement inintéressants. Et ça pullule en ce moment ! Pourtant le rock n’est pas une chose sérieuse, encore moins une affaire de goût. Ca se saurait depuis le temps… Tout juste une musique de branleurs. Faites par des branleurs pour des branleurs. Et tout ce qui sort de ce cadre n’est pas du rock. Alors ceci expliquant cela, je me dis que le business doit aimer les branleurs…

Mais ne nous y trompons pas. Il y a branleur et branleur. Pour faire simple il y a celui qui me fait rire et celui qui m’emmerde. Histoire d’illustrer mon propos, Peter Doherty et ses conneries enfumées m’emmerdent. Ou bien Franz Ferdinand et leur mèche m’emmerde. Et c’est sans compter leur pitoyable scénographie de pantins robotisés… Ou bien encore… La liste est trop longue. Par contre ce qui me fait rire c’est un groupe comme The Living Blue. Ca sort de je ne sais où (si tu ne lisais pas la biographie en diagonale tu saurais qu’ils sortent de l’Illinois ducon !), ce n’est pas leur premier album mais on s’en fout on fera comme si, ça envoie un rock garage farouche et groovy avec un grand majeur irrévérencieux, ça n’invente rien mais ça le fait tout simplement bien.

Dans la grande tradition du rock garage, les influences rock 60’s viennent se télescoper avec le punk des 70’s. Ici on y ajoutera juste quelques mélopées mélodiques du plus bel effet (« Mon p’tit côté pop à moi » dirait la blondasse) et un chant pouvant rappeler les débuts un rien nasillard d’un certain Robert Smith ou l’arrogance d’un Ian McCulloch. Résultat, une ligne de basse bien avant qui ronronne en permanence sur laquelle les guitares viennent plaquer des riffs sauvages, souvent racés, parfois heavy qui vous tiennent en haleine durant la quarantaine de minutes que dure l’album. On pourra parler d’une rencontre entre les Sonics, MC5, un soupçon de The Clash et n’importe quel groupe de pop que vous jugerez à même de fréquenter ces lascars. Bref certainement pas le brûlot qui embrasera les couv’ de presse ni les scènes du monde entier. Juste une bande de branleurs comme je les aime.

  1. state of affairs
  2. murderous youth
  3. tell me leza
  4. serrated friends
  5. greenthumb
  6. she bleeds pink
  7. secrets
  8. one beat
  9. wishlist
  10. conquistador
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. fewz says:

    ça m’a l’air très plaisant tout ça!

  2. benjouz says:

    Je les ai vu la semaine dernière en première partie des Saints, c’était fort plaisant en effet ! ^^

  3. aubonnet says:

    salut,
    c’est aussi parce que le rock en tête de gondole m’emmerde que je vais en chercher à l’épicerie
    bonne continuation
    bertrand

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *