Adora Vivos – Toward the Empyrean (EP)

Pas de commentaires      1 401
Style: blackened melodic doom metalAnnee de sortie: 2013Label: Auto-production

Paru en début d’année uniquement pour le moment au format digital et en auto-production, cet EP est un véritable petit bijou. Ces américains nous proposent en près de 30 minutes, de réciter leurs gammes d’un doom mélodique superbement mis en oeuvre, avec force mélodies, voix claires et choeurs magnifiques et épanchements black soudains.

Dès l’introductif « The Ruin of Tranquility » on est mis dans le bain avec un titre qui part doucement pour soudainement laisser apparaître une accélération black et les vocaux à l’avenant (à mettre au crédit d’un des 3 musiciens/chanteurs du groupe puisqu’ils sont 3 à se partager les vocaux) : efficacité, production léchée, musiciens au top et vocaux sublimes font déjà de ce titre une bombe, qui sera suivie par 4 autres morceaux du même acabit. Certains titres mettent plus l’accent sur les vocaux claires et les mélodies, alors que dans l’ensemble on est plutôt sur un bon mélange à l’équilibre irréprochable, sachant que les 4 premiers titres sont assez concentrés sur 4-5 minutes et que l’on termine avec le morceau titre qui frôle les 10 minutes, parfaite incarnation de l’esprit et de la qualité de l’album.

On pense tantôt à November’s Doom, Woods of Ypres ou même Paradise Lost, mais malgré ces références on pense surtout que le groupe nous a pondu là une véritable petite bombe, qu’on espère n’être que le début de la carrière de ces musiciens de talent.

En espérant une sortie physique prochaine pour cet album, et surtout un futur album longue durée du même niveau!

http://www.youtube.com/watch?v=TcsVWcJax80

Bandcamp

Tracklist :
1.The Ruin of Tranquility (05:06)
2.These Dark Roads (05:18)
3.Acceptance and Negation (04:02)
4.And So Begins the Fall (05:11)
5.Toward the Empyrean (09:50)

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1025 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *