Minus The Bear – Lost Loves

Pas de commentaires      1 139
Style: indie (ex-math) rock sophistiqué et apaisantAnnee de sortie: 2014Label: Dangerbird/Big Scary Monsters

Connu en tant que groupe « post-Botch » du guitariste Dave Knudson, Minus The Bear a fait son chemin depuis son premier album (Highly Refined Pirates, 2002), album suivi par quatre autres jusqu’à 2012 (Infinity Overhead). Lost Loves n’est pas un véritable sixième album mais une collection de titres rares et faces B que le groupe avait mis de côté depuis quelques (lointaines ou pas) années.

Le rock sophistiqué du groupe de Seattle se voit ici illustré par ses différents mouvements. De ses plans math-rock pendant lesquels Knudson épate par sa technique virtuose toute en douceur (l’excellent et touffu Electric Rainbow) aux passages power rock à base de puissantes mélodies aux réminiscences de Biffy Clyro (Big China).

Malheureusement, l’énergie communicative d’Electric Rainbow ne se retrouvera pas vraiment dans les titres suivants, davantage axés sur des mélodies fragiles rehaussées de synthés prenant plus ou moins d’espace (comme sur leurs albums les plus récents). Ainsi un titre comme Patiently Waiting voit son impact diminué par son aspect sonore trop synthétique (et trop pop mélo, impression qui reviendra pendant Invented Memory) tandis que Cat Calls & Ill Means incorpore ces claviers de manière plus naturelle pour un titre au rendu plus accrocheur (notamment grâce à une session rythmique envoutante).

La suite et fin de ce Lost Loves passe toute seule, une qualité qui est aussi là son défaut. Agréables sans vraiment bouleverser (même si le chant féminin en espagnol sur South Side Life surprend un peu à la première écoute et qu’un peu de math rock montre le bout de son nez pendant The Lucky Ones), ces dix titres correspondent finalement bien à l’évolution de Minus The Bear, davantage math rock à ses débuts (Electric Rainbow est le titre le plus ancien, datant de 2007) et versant désormais dans un rock émotionnel plus conventionnel, mais loin d’être putassier. En tous cas, s’il y en a un qui tire son épingle du jeu, c’est bien le guitariste, renforçant l’impact des compos du groupe grâce à un toucher technique infaillible, donnant un petit côté Foals à leur soft rock poignant. Bref, un bon album de relaxation.

  1. Electric Rainbow
  2. Surf-N-Turf
  3. Broken China
  4. Walk On Air
  5. Patiently Waiting
  6. Cat Calls & Ill Means
  7. Invented Memory
  8. South Side Life
  9. Your Private Sky
  10. The Lucky Ones

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *