Alcest – Spiritual Instinct

Pas de commentaires      7 100
Style: Post Rock ShamaniqueAnnee de sortie: 2019Label: Nuclear Blast

On imagine que tout le monde connaît aujourd’hui Alcest, groupe français monté en 2000 par Stéphane Paut alias Neige, ancien activiste du Black Metal français (en particulier durant sa collaboration avec Famine chez Peste Noire) qui a décidé depuis un moment déjà de s’orienter vers une musique beaucoup plus lumineuse et positive. A ce titre et pour ceux qui n’auraient pas suivi, Alcest n’a pour ainsi dire (toujours) quasiment rien de black metal, et le cru 2019 ne changera rien à cet état de fait malgré le retour de quelques effets propres au metal noir. En effet, la seule portion rappelant vaguement les accointances passées de Neige avec le black metal est sur ce nouvel album uniquement incarnée par quelques blast beats ici et là, et par un chant black présent sur quelques passages ponctuels.

Pas de quoi ancrer Alcest dans la mouvance black ou extrême pour autant car l’ambiance générale sur Spiritual Instinct évoque toujours plutôt une sorte de post-rock aux éclats métalliques de bon aloi, avec de superbes mélodies très mises en avant qui se développent en général sur des titres de plusieurs minutes. Le chant assuré par Neige est toujours placé plutôt loin dans le mix, ce qui a valu au groupe la qualification de « blackgaze » en référence au mélange entre le chant black et le chant éthéré qu’on retrouve habituellement dans les groupes de Shoegaze (cf par exemple la musique de My Bloody Valentine). Les paroles utilisées sont d’ailleurs toujours aussi difficiles à discerner précisément malgré la voix claire largement prédominante (on entend quelques mots en français par moments, à d’autres il s’agit manifestement plus de sonorités vocales que de véritables paroles). Sa prestation toujours aussi « précieuse » rebutera probablement toujours les plus réfractaires, réfractaires dont je suis habituellement, ayant habituellement du mal à me faire à ce côté très « naïf » et sucré qui a largement joué dans le fait que je ne me retrouve complètement dans aucun album du groupe… du moins jusqu’à celui-ci. Difficile d’expliquer clairement la raison de mon revirement qui s’est opéré progressivement, ou peut-être que cela tient au fait que même si sa prestation est toujours éthérée, propice à la rêverie, la part belle est tout de même largement laissée aux instruments. J’ai par ailleurs trouvé ponctuellement un côté presque incantatoire voire chamanique à certaines intonations vocales du français et à certains chœurs (comme ceux de « L’Île des Morts »), que je n’avais jamais perçu jusqu’alors. C’est particulièrement vrai sur le morceau éponyme conclusif de l’album, avec une batterie à l’avenant qui m’a fait venir à l’esprit des images évoquant les indiens d’Amérique. De même sur le démarrage de « Le Miroir », titre le plus court et qui fait un peu office d’intermède avant le final. Approche consciente/volontaire ou pas de la part de la tête pensante d’Alcest, je ne saurais l’affirmer, mais l’effet produit me convient parfaitement.

On aura beau dire il est à mon sens difficile de résister à des mélodies aussi belles et finement ciselées que celles qui parsèment l’album que ce soit sur « Protection » (en écoute ci-dessous), « LÎle des Morts » ou « Sapphire »… Et finalement sur les 3 autres aussi. Rien à jeter et heureusement sur un album au final plutôt court, 41 minutes pour 6 titres aussi sophistiqués que beaux. Alcest est un des groupes français qui s’exportent le mieux aujourd’hui (avec Gojira évidemment) et ce succès apparaît totalement mérité à l’écoute de ce superbe nouvel album qui figurera vraisemblablement en bonne place dans nombre de tops annuels, à commencer par le mien, chose que je n’aurais jamais imaginé initialement…

Tracklist :
01 – Les Jardins de Minuit (7:53)
02 – Protection (5:50)
03 – Sapphire (5:01)
04 – L’Île des Morts (9:04)
05 – Le Miroir (5:31)
06 – Spiritual Instinct (7:43)

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 921 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *