Gojira – Fortitude

1 Commentaire      488
Style: Metal ModerneAnnee de sortie: 2021Label: RoadrunnerProducteur: Joe Duplantier

Je réécoutais il y a peu tous les albums de Gojira et arrivais à la conclusion qu’aussi bons soient les derniers albums du groupe (Gojira n’ayant jamais sorti un mauvais album), le temps où le groupe était au sommet de sa créativité et de son originalité était quand même clairement derrière nous. En effet, Terra Incognita, The Link et From Mars to Sirius demeureront probablement à jamais (souhaitons toutefois qu’ils me donnent tort un jour) les meilleurs albums du combo landais, indétrônables dans leur richesse et leur jouissive complexité (qui peut aussi rebuter, revers de la médaille).

Fortitude qui sort aujourd’hui, permet d’affirmer encore plus fort ce constat, ce tout nouvel album des français ne faisant absolument pas bouger les lignes, tout en restant un pur album de Gojira, le groupe étant immédiatement identifiable dès le premier morceau, en soi une belle performance en 2021 alors que l’offre musicale est toujours plus riche (ou saturée, selon qu’on verra le verre à moitié vide/plein).

Pour faire simple : si vous êtes amateur de Gojira, vous serez une fois encore comme à la maison sur Fortitude, qui contient son lot de morceaux typiques du groupe, à l’image des « singles » diffusés en avance, « Born for One Thing » ou « Another World » (qu’on avait découvert il y a déjà un moment puisque ce nouveau titre avait été « offert » par le groupe en août 2020). « Amazonia », 3ème single diffusé, se veut un peu le « Roots Bloody Roots » de Gojira, avec ces sonorités brésiliennes (flûte, didgeridoo), sympathiques gimmicks assez peu originales et qui ne révolutionnent pas le morceau, par ailleurs typiquement Gojirien. Le groupe tente aussi de proposer un chant traditionnel indien/amazonien, sur « The Chant » qui se prolonge dans le morceau titre pour un effet… sympa, sans plus. Car là où Sepultura avait réussi à incarner son esprit tribal/brésilien sur l’ensemble de son album (Roots), on a ici du mal à saisir le rapport entre ces passages traditionnels, et la modernité affichée (jusque dans son clip) par « Another World », « Born for One Thing » ou les chœurs pas traditionnels (mais intéressants par ailleurs) de « Hold On ». Ce dernier est peut-être d’ailleurs le meilleur morceau de l’album, de par cette intéressante approche multi-facettes alternant passages bourrins et moments plus posés. A l’image d' »Into the Storm », 4ème single diffusé en avance, qui fonctionne un peu sur le même schéma et incarne l’autre moment fort de l’album à mon sens, de même que « The Trails », le titre le plus calme de l’album, et qui prouve une nouvelle fois, que la dimension mélancolique de Gojira fonctionne très bien et que le groupe n’est pas qu’une machine à concasser. Mais vous l’avez compris, ne cherchez pas de concept sur Fortitude (contrairement à ce que la pochette aurait pu laisser envisager), qui ressemble tout simplement à un agglomérat de bonnes chansons du groupe et voilà tout. C’est déjà pas mal vous me direz et vous aurez raison. L’écoute de Fortitude est donc réellement agréable du début à la fin, il n’y a rien de raté une fois encore et on ne s’ennuie jamais. Mais…

On avait quand même été davantage saisi par l’ambiance générale d’un Magma, qui semblait plus cohérente et homogène et qui représentait une tentative plus osée de s’éloigner des terres habituelles du groupe. Fortitude ne surprend pas vraiment, il apparaît au final comme une synthèse efficace de tout ce que Gojira a fait depuis plus de 20 ans, on y retrouve d’ailleurs les gimmicks habituels du groupe, que ce soit les harmoniques sifflantes (« Grind », « Hold On » ou « New Found »), les passages rampants (« Sphinx » qui contient d’ailleurs à la fois les harmoniques sifflantes et les passages rampants, et qui est peut-être le morceau de Fortitude rappelant le plus les anciens albums), ou encore les passages en tapping caractéristiques (sur « Hold On »).

A défaut d’avoir sorti un nouvel album référentiel, Gojira a donc livré cette année un (très) bon album de plus qu’on accueille avec tout le plaisir sincère qu’on peut avoir à les retrouver. Mais Fortitude ne sera très probablement qu’un bon album de plus dans le catalogue du groupe, en aucun cas à mon sens une pierre angulaire de la carrière des landais, qui restent pour autant une formation indispensable et un (très) grand de la scène.

Tracklist :
01 – Born for One Thing
02 – Amazonia
03 – Another World
04 – Hold On
05 – New Found
06 – Fortitude
07 – The Chant
08 – Sphinx
09 – Into the Storm
10 – The Trails
11 – The Grind

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 993 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Marbaf says:

    Avis partagé, la recette n’évolue guerre depuis The Way Of All Flesh. On les sent un peu en roue libre, ou peut-être est-ce devenu compliqué d’apporter du neuf.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *