Our Oceans – While Time Disappears

Pas de commentaires      178
Style: Art rockAnnee de sortie: 2020
En 2016 sortait le premier Our Oceans qui a longtemps été un de mes albums de chevet – je l’encensais déjà en chronique -, mais force est d’admettre avec le recul que ce premier essai n’était qu’une ébauche, une première tentative de son guitariste/chanteur Tymon Kruidenier de s’essayer à des compositions plus intimistes autour de la guitare et surtout de se mettre au chant clair.
Our Oceans a été formé par Tymon vite rejoins par ses anciens collègues bassiste et batteur d’Exivious, projet metal/jazz fusion instrumental dont je suis aussi très fan (ils ont sorti 2 albums, en 2009 et 2013). C’est donc la continuation de ce même trio mais pour une musique elle bien différente. A savoir que Tymon et le bassiste Robin Zielhorst ont aussi joué avec Cynic en complément de Paul Masvidal et Sean Reinert lors de leur retour fin des années 2000 et en particulier sur le deuxième album du groupe Traced in Air en 2008 (Tymon faisait également les growls death metal en concert).
Enfin ici, c’est Our Oceans dont on parle, le changement de nom depuis Exivious ayant coïncidé avec une nouvelle approche musicale, un virage à 90 degrés par rapport au metal/jazz fusion qu’ils pratiquaient avant, vers plus de sobriété et de calme. Ceci dit leur musique se veut sur ce deuxième album plus ambitieuse, les titres sont bien plus variés et ils reviennent parfois vers des tons plus durs, même un gros son puissant sur certains passages. En fait j’ai rarement entendu un album rock aussi dynamique, la majorité des morceaux comportent des moments intimistes, mais ont quasiment tous aussi des moments d’explosion, si ce n’est d’agression libérée.
On est sur un rock progressif unique et original, empruntant des progressions d’accord jazz, des arpèges dissonants égrainés doucement. On pense parfois à Jeff Buckley au niveau vocal comme au niveau compositions. Tymon se lâche au chant, monte dans les aigus, ce qui donne parfois à leur musique une certaine sensibilité emo/post-hardcore dans son acceptation américaine. L’album est varié et souvent surprenant, « Face Them » les voit s’essayer à des rythmiques façon At The Drive-In, « Your Night, My Dawn » a des penchants quasiment trip-hop, influence électronique qu’on retrouve à plusieurs reprises même si le groupe reste sur une base instrumentale très organique. Bref c’est assez unique en son genre.
J’apprécie ce chanteur/guitariste et bassiste depuis longtemps, j’aimais déjà beaucoup le premier album, je regrettait qu’il ait été si confidentiel, j’espère que ce nouvel album leur donnera une visibilité méritée. J’aime Tymon en tant qu’individu, son parcours, et le fait qu’il se lâche vocalement à 40 ans alors qu’il n’a longtemps été que guitariste. Et que dire de ses 2 compères, Robin toujours aussi impressionnant à la basse fretless et un batteur à la hauteur des 2 autres bien sur avec des rythmiques organiques débordant parfois sur l’électro.
Un des albums de l’année pour moi, des morceaux ciselés, travaillés à la perfection, un chant hyper émotionnel et des dynamiques entre calme et tempête poussées à leur paroxysme, tout ce que j’aime.

https://ouroceansband.bandcamp.com/album/while-time-disappears-2

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 509 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *