Subterranean Masquerade – Mountain Fever

Pas de commentaires      199
Style: Metal Progressif et FolkloriqueAnnee de sortie: 2021Label: Sensory Records

Aussi loin que je m’en souvienne, Subterranean Masquerade m’a toujours semblé être un groupe de seconde zone, qui n’a jamais réussi à provoquer chez moi qu’un désintérêt poli. Le premier album de ce groupe basé entre New-York, la Norvège et Israël, Suspended Animation Dreams, a pourtant fait l’objet de chroniques enthousiastes à sa sortie en 2005. Je me souviens même avoir acheté l’album suite à ces chroniques, et… c’est tout. Je n’en gardais strictement aucun souvenir. A la réécoute dans le cadre de cette chronique et pour tenter de peut-être raviver des souvenirs remisés loin dans le foutoir de ma mémoire, il a bien fallu admettre que comme je le soupçonnais, je n’avais probablement que très peu voir pas du tout écouté cet album, n’ayant sans doute pas accroché à ces compositions étranges, partant dans tous les sens avec finalement peu d’éléments mélodiques auxquels se raccrocher.

On y trouvait déjà ce rock progressif protéiforme, lorgnant sur le folk, le metal, voire aussi le jazz à l’époque, avec un vocaliste qui alternait déjà des registres clair et plus agressif voire growlé, le tout dans une ambiance plutôt mélancolique sans être très sombre.

Je n’ai absolument pas suivi la suite des aventures discographiques du groupe, impossible donc de vous décrire donc précisément comment on passe en 2005 de ce premier album au cru 2021, Mountain Fever qui fait l’objet de la présente chronique, sachant que le groupe s’est semble-t-il mis en hiatus plus de 6 ans après son premier album, avant de revenir en 2013 et de sortir deux albums en 2015 et 2017, ainsi qu’un étrange album en 2020 sur lequel on retrouve d’ailleurs déjà un titre qui figure également sur ce nouvel album (« Ascend ») dans une version légèrement différente.

Quoi qu’il en soit, le Subterranean Masquerade de 2021 m’a cette fois complètement séduit, j’irai même jusqu’à dire que ce Mountain Fever est d’ores et déjà à mes yeux un des albums de l’année. On continue à retrouver la grande variété qui définissait déjà le groupe il y a 16 ans (et que retranscrit bien cette pochette un peu folle), à l’exception des aspects les plus jazzy, qui ont été complètement abandonnés malgré la présence de cuivres (trompette et saxo) sur « Inward ».

Tour à tour guillerettes et joyeuses, plus mélancoliques voire colériques et parfois tout ça dans le même titre, les ambiances déployées par le groupe cosmopolite sont toujours réussies et saisissantes et surtout inutile de chercher un titre plus faible qu’un autre, mission impossible tant tout est réussi et les 54 minutes de l’album passent en un éclair.

On pense parfois à Amorphis, comme sur le morceau titre sur lequel le chant passe de voix claire à chant growlé (assuré par Monsieur Melechesh) du meilleur effet, mais Subterranean propose une musique beaucoup plus variée que celle des finlandais. D’ailleurs, sans surprise venant d’un groupe israélien, on trouve à plusieurs endroits des sonorités moyen-orientales (sur « Somewhere I Sadly Belong » par exemple) qui viennent se mélanger à d’autres influences, à la fois via les percussions très présentes (comme sur « Inward ») mais aussi dans les mélodies et les divers instruments utilisés : bouzouki, oud, violon, violoncelle, mellotron et même instruments à bois sont de la partie et apportent une variété d’ambiance tout en renforçant le côté prog/folk du groupe. Pour autant ce dernier reste aussi un groupe de metal, les guitares restent bien présentes et certains passages bien burnés sont aussi là pour nous rappeler cet état de fait (voir par exemple « For the Leader, With Strings Music »).

L’un des aspects les plus remarquables de cet album est d’abord la prestation vocale assez incroyable du chanteur du groupe, Davidavi Dolev capable de prouesses dans des registres fort différents et qui assure l’intégralité des vocaux masculins, à la seule exception des vocaux black sur « Inward » comme évoqué ci-dessus. Son timbre impressionnant rappelle plusieurs grands chanteurs, on pense en effet tour à tour à à Geoff Tate (sur « The Stillnox Oratory » sur lequel ses montées dans les aigus m’ont même fait penser à Einar Solberg) ou  Warrel Dane (comme sur « Ascend »), mais il s’agit là de comparaisons pertinentes lorsque Dolev se « contente » de chanter de façon académique. Car il est aussi capable de recourir à des registres death/growl comme sur « For the Leader, With Strings Music » mais aussi de partir dans des registres plus délurés et originaux : écoutez donc le fantastique « Somewhere I Sadly Belong » sur lequel sa prestation hallucinée passe d’éructations schizophrènes à des voix growlées. Viennent s’ajouter à cette prestation d’ensemble qui se suffirait déjà à elle-même, des chœurs (« Inward » ou « Diaspora My Love ») ou une voix féminine, en particulier sur le morceau cité précédemment qui est à ce titre particulièrement remarquable tant ces interventions donnent un côté « soul » assez inattendu au refrain du morceau. On notera aussi qu’il chante en hébreu sur « Ya Shema Evyonecha », un titre par ailleurs bien metal mais aussi aux ambiances bien orientales évidemment.

On aurait pu craindre que la variété musicale et vocale proposées par Subterranean Masquerade rende son album bordelique et indigeste, mais il s’agit au contraire d’un bordel organisé, structuré, aux enchaînements toujours bien amenés. Et au final on se laisse très vite emporter par l’intégralité de Mountain Fever, simplement un des albums de prog metal les plus inspirés de ces derniers mois à mon sens.

Tracklist :
01 – Snake Charmer
02 – Diaspora My Love
03 – Mountain Fever
04 – Inward
05 – Somewhere I Sadly Belong
06 – The Stillnox Oratory
07 – Ascend
08 – Ya Shema Evyonecha
09 – For the Leader, with Strings Music
10 – Mångata

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1013 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *