Metric – Formentera

Pas de commentaires      265
Style: Pop Rock Grande ClasseAnnee de sortie: 2022Label: Metric Music International Inc - Thirty Tigers

Vous l’avez peut-être lu, mais si j’ai toujours eu une certaine sympathie (« Gimme Sympathy »!) pour les canadiens de Metric, c’est vraiment the Art of Doubt, leur album sorti en 2018 qui les a consacrés « groupe de cœur » pour moi. Un album que je continue à faire tourner régulièrement et que je trouve vraiment superbe de la première à la dernière note.

J’avais donc de trèèèèèès fortes attentes pour cette nouvelle cuvée 2022 parée déjà d’une bien plus jolie pochette que son aînée : Formentera (référence à l’île des Baléares du même nom ?). Et comme dirait l’autre « j’aime quand un plan se déroule sans accroc », ce qui est exactement le cas avec ce nouvel album qui réussit le tour de force de ne pas être décevant mais d’être même… presque aussi bon que son prédécesseur.

Surprise avant même de lancer l’écoute : l’album ne contient que 9 titres. Mais c’est pour mieux nous désarçonner et à ce jeu là les canadiens ont même fait très fort en démarrant l’album avec rien de moins qu’un titre de 10 minutes 29. Si Emily (Haines, la chanteuse) m’avait appelé pour me parler de cette idée, je lui aurais certainement dit qu’il s’agissait d’une bien étrange idée, et très risquée avec ça. Sauf que… Emily ne m’a pas appelé, et que surtout le résultat est fantastique, « Doomscroller » étant peut-être au final un des tous meilleurs morceaux du groupe, si ce n’est simplement le meilleur. Concentrant tout le savoir-faire du groupe, derrière un abord en apparence très synthétique voire même technoïde il permet au groupe de montrer à la fois sa facette efficace et sa face sensible, les passages voix/piano d’Emily étant à tomber de beauté.

Le groupe n’en oublie pas pour autant qu’il est un des meilleurs pour pondre des hymnes pop/rock/électro et l’album envoie largement la purée sur ce plan, rien que l’enchaînement « All Comes Crashing »/ »What Feels Like Eternity » devrait ravir les inconditionnels du groupe, sans parler des autres bombinettes de titres, comme « False Dichotomy » ou « Oh Please », et le final magnifique de « Paths in the Sky ».

Evidemment on n’oubliera pas de redire et d’insister comme à chaque fois que l’occasion se présente, sur l’importance d’Emily Haines dans le groupe, une chanteuse au charme n’ayant d’égal que son grand talent et dont le timbre immédiatement reconnaissable fait une fois encore merveille.

Alors pourquoi un album simplement « presque aussi bon » que son prédecesseur me demanderez-vous peut-être? Tout simplement à cause du morceau titre sur lequel je trouve les arrangements symphonicaux/orchestraux inutiles, pompeux et tout simplement inadaptés selon moi à l’esprit « rock » du groupe. « Formentera » n’est pas un titre honteux pour autant et en dehors de ces lourdeurs superflues, il est même tout à fait réussi, mais à chaque fois que j’écoute l’album, la transition de « What Feels Like Eternity » vers « Formentera » ne manque jamais de me déranger, notamment avec ce démarrage pataud sur fond de cordes. Je préfère mon Metric rock et électro, et je pense que c’est dans ce registre que le groupe est peut-être le meilleur de la scène tout simplement!

Tracklist :
01 – Doomscroller
02 – All Comes Crashing
03 – Whate Feels Like Eternity
04 – Formentera
05 – Enemies of the Ocean
06 – I Will Never Settle
07 – False Dichotomy
08 – Oh Please
09 – Paths in the Sky

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1088 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *