Counterparts – A Eulogy For Those Still Here

Pas de commentaires      167
Style: metal/hardcore mélodiqueAnnee de sortie: 2022Label: Pure Noise Records

Très occupé avec End (où il officie en compagnie de Billy Rymer de Thoughtcrimes), on aurait pu penser que Brendan Murphy avait délaissé Counterparts, semblant en pause depuis Nothing Left To Lose (2019). Mais il n’en est rien, le groupe canadien fait son retour et poursuit sur A Eulogy For Those Still Here ce qui avait été entamé plus tôt dans sa carrière.

Le metalcore de Counterparts est toujours aussi percutant, alternant gros breakdowns (très nombreux) et passages pleins d’emphase. Il se distingue toujours de beaucoup de groupes du genre par son approche « signature », calant des leads de guitare mélodiques et beaucoup d’émotions (qu’on pourra quand même rapprocher de Misery Signals), notamment via les vocaux hurlés de Murphy (moins crades et plus désespérés que chez End, avec quelques cleans, notamment sur la conclusion). Le hardcore-catharsis des gars de l’Ontario est inspiré de thématiques autour de la tristesse et du deuil auxquels chacun peut s’identifier (des lyrics étant notamment dédiés à Kuma, son chat gravement malade et décédé durant l’enregistrement de l’album), bref de quoi persister dans leur habituelle forme d’introspection.

Force et désespoir marchent donc toujours main dans la main chez Counterparts, fendant l’armure pour montrer sa sensibilité avec plus de nuances qu’il n’y parait. Car si l’on demeure dans des schémas plus ou moins connus sur les précédents albums, l’exécution sans faille et la sincérité du propos remplissent parfaitement les attentes promises par les précédents albums. Bref, de la bonne chialade entre deux moulinets.

  1. 7/26/2020
  2. Whispers Of Your Death
  3. Bound To The Burn
  4. Unwavering Vow
  5. A Eulogy For Those Still Here
  6. Skin Beneath A Scar
  7. Sworn To Silence
  8. What Mirror Might Reflect
  9. Soil II
  10. Flesh To Fill Your Wounds
  11. A Mass Grave Of Saints

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *