Blindfolded and Led to the Woods – Rejecting Obliteration

3 Commentaires      205
Style: Death Metal Chaotico-mélodiqueAnnee de sortie: 2023Label: Prosthetic Records

Le camarade Beunz avait déjà bien craqué sur le précédent (et 3ème) album des néo-zélandais de Blindfolded and Led to the Woods (disons BALTTW si vous permettez), Nightmare Withdrawals, qui laissait en effet déjà bien entrevoir le potentiel assez monstrueux de ces compatriotes d’Ulcerate qui partagent avec eux le goût pour une certaine idée du chaos maîtrisé. BALTTW présentant à mon sens l’avantage sur Ulcerate, particulièrement sur ce nouvel album un peu moins frénétique et mathcore/grind que le précédent, de parfaitement réussir à pondre des morceaux prenants et concis (beaucoup de morceaux se situant sous la barre des 5 minutes), sans renoncer à la complexité et la technicité qui caractérisent également leur musique, en usant aussi de riffs originaux et parfois tordus (empruntés au mathcore).

Avec également un chanteur assez monstrueux et variant davantage son propos que ne le fait Paul Kelland (chanteur d’Ulcerate dont le timbre est probablement volontairement monotone) le groupe tient également un atout de poids, le timbre de Stace évoquant un mélange entre celui des chanteurs de Wake et de feu Burnt By the Sun selon les registres employés.

Et je n’ai pas encore évoqué cette délicieuse façon de balancer des petites mélodies qui trouent le cul, entre deux passages chaotiques comme sur le morceau titre, ou de ralentir le propos avec des passages mélancoliques comme sur « Wraith », « Hands of Contrition » ou « Cicada » (respiration sur laquelle on a en plus le bonheur d’entendre la basse de Nick Smith avant qu’une accélération phénoménale vienne tout casser, fuckin’ jouissif!!!). Tout simplement du très haut niveau à mon avis : une vraie habileté pour écrire des morceaux accrocheurs derrière un abord difficile, car chaotique et complexe, comme Ulcerate quand ils sont au sommet de leur art (avec Everything is Fire et le dernier album en date donc). L’album se conclut sur « Caustic Burns », le plus long morceau de l’album (7 minutes) qui permet d’apprécier l’aisance de BALTTW dans un registre plus progressif (avec variation de tempos) et très propice à une conclusion d’album en bonne et due forme.

Un des albums de l’année sans le moindre doute et évidemment très très recommandé aux amateurs de Ulcerate, Gorguts ou Wake.

Tracklist :
01 – Monolith
02 – Methlehem
03 – Hallucinative Terror
04 – Rejecting Obliteration
05 – Wraith
06 – Cicada
07 – Funeral Smiles
08 – The Waves
09 – Hands of Contrition
10 – Caustic Burns

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1161 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. RBD says:

    Pour ma part j’ai du mal à ressentir un rapport avec Ulcerate, à part la nationalité. Wake à la rigueur, et encore, sur le simple fait que les Canadiens ont une approche plus éclectique et porteuse de surprises comme le fait aussi Blindfolded… Cette vibration chaotique est revenu à la mode et Gorguts a acquis de nos jours un statut d’influence majeure et incontournable, peu imaginable il y a quinze ou vingt ans. Mais le chaos prend par nature des formes infiniment variées et l’autre groupe Néo-Zélandais bien connu dans l’extrême me semble avoir une démarche assez distincte, plus austère et moins soucieuse de varier les sonorités.

    • krakoukass krakoukass says:

      D’accord avec toi sur l’approche plus austère et moins variée d’Ulcerate mais difficile je trouve de ne pas voir (peut-être un peu paresseusement) un lien tout de même entre les deux groupes ne serait-ce que comme tu le dis, de par la nationalité. J’en déduis que tu n’accroches pas particulièrement ?

  2. RBD says:

    Tu en déduis justement. Pas grave.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *