Blindfolded And Led To The Woods – Nightmare Withdrawals

Pas de commentaires      154
Style: death technique/brutal mathcoreAnnee de sortie: 2021Label: Total Dissonance Worship/Prosthetic Records/Sludgelord Records

Actif depuis une dizaine d’années, Blindfolded And Led To The Woods est un quintet néozélandais déjà auteur de deux albums (et un EP) autoproduits avant ce Nightmare Withdrawals. Adepte d’un metal protéiforme puisant des influences dans différents courants du death metal, ce nouvel album est une énorme déferlante de violence complexe. Attachez bien vos ceintures !

La musique de BALTTW est à rapprocher de celle d’un Cephalic Carnage, d’un Ulcerate, d’un Nightmarer voire d’un The Red Chord. C’est-à-dire des groupes brutaux sachant aller bien à contre-courant du sempiternel couplet-refrain. Les structures volent ici en éclat, les blasts et les riffs dissonants marchent main dans la main au sein d’étourdissantes tornades. Stace Fifield est quant à lui monstrueux derrière son micro, modulant hurlements et growls bien caverneux, il contribue parfaitement au climat de terreur (nocturne) installé par la bande de Christchurch.

Derrière cette extrême et étouffante démonstration de brutalité vous agressant les oreilles dès l’album lancé, on retrouve pourtant plus de subtilité qu’il n’y paraît: « …And You Will Try To Speak » nous cale par exemple une surprenante accalmie entre deux assauts bestiaux (le redémarrage étant simplement implacable), même chose sur « Atop The Wings Of A Magpie » qui nous gratifie même de la présence de l’éminent Karl Sanders (Nile) pour un agréable solo mélodique venant interrompre le déversement de violence, le final jazzy de « Rorschach And Delirium » ou bien l’atmosphérique « Lucid Visitations » qui voit la participation de Callum Gay de Spook The Horses. Bref, quelques exemples parmi d’autres démontrant que ces néozélandais ne sont pas que des brutes techniciennes sans âme mais de talentueux compositeurs (mention également à la conclusion atmosphérique et épique « Sic Mundus Creatus Est »).

Pas évident à digérer, Nightmare Withdrawals est une collection d’assauts sonores empruntant autant au death metal qu’au black metal, au grind voire au mathcore, soit de quoi donner bien des sueurs froides à l’auditeur profane pour qui un grand verre d’eau et une aspirine seront nécessaires. Quant aux amateurs de parpaings bien lourds, barrés, et prenant d’illimités et sinueux chemins de traverse, voici un sacré morceau à vous mettre sous la dent !

  1. The Inevitable Fate Of The Universe
  2. Black Air
  3. … And You Will Try To Speak
  4. The White Of The Eyes
  5. Atop The Wings Of A Magpie
  6. Lucid Visitations
  7. Nightmare Withdrawals
  8. The Obscured Witness
  9. Rorschach And Delirium
  10. Sic Mundus Creatus Est

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *