Battlelore – Third Age of the Sun

4 Commentaires      715
Style: viking metalAnnee de sortie: 2005Label: Napalm

Je ne suis pas vraiment coutumier de Battlelore, je n’avais pas réussi a me mettre dans leur précédent opus Sword’s Song, qui, parait il, était pourtant fabuleux. C’est donc sans a priori ni négatifs, ni positifs, que j’entame l’écoute de ce Third age of the Sun. Malgré tout je dois dire que le look des protagonistes m’a un peu refroidi, et dire que je n’ai pas rigolé devant leur photo promo serait mentir… L’artwork quant à lui me faisant penser à du Summoning (ce qui n’est pas pour me déplaire) on va dire que la balance de la première impression s’équilibre.

D’un point de vue musical le groupe évolue dans un registre qui pourrait par certains aspect rappeler le travail de Ensiferum, à qui on aurait injecté une dose de Summoning dans la fesse droite (pour les samples tiré du Seigneur des Anneaux par exemple) et une dose de folk dans la fesse gauche. Le résultat est assez satisfaisant et se laisse agréablement écouter sans pour autant se jeter par la fenêtre de bonheur (ne me remercie pas Alchemist ;) …). Les voix, parce qu’elles sont au nombre de deux se partagent la galette entre des vocaux féminins (assuré par une jeune femme plutôt joli on va dire) et des vocaux growlés dont nous reparlerons plus tard.

Du point de vue folk, je l’accorde c’est assez light avec une utilisation de piano, de flûtes et de divers son de clavier comme le violon par exemple, le tout baigné dans des guitares sèches etc… Ceci dit, ces passages sont placés astucieusement et le groupe ne tombe pas dans l’excès de passage mielleux ce qui est un bon point.

Les voix sont le principal piège que doit affronter le groupe pour plusieurs raisons. Premièrement, je l’ai dit, la chanteuse est assez mignonne et on risque d’avoir une voix moyenne avec un corps joli en se disant que de toute façon le cul façon a toujours fait vendre. Deuxièmement le groupe ne doit pas se laisser enfermer dans le carcan très réducteur des groupes à chanteuses comme les Nightwish et Within Temptation. Troisièmement, nombreux sont les groupes à s’être essayés à mélanger des vocaux masculins growlés à des vocaux féminins cristallins et combien s’y sont cassé les dents. Et bien à l’instar d’un Lacuna Coil par exemple ici l’alternance de voix est tout à fait bien utilisé, faisant bien basculé d’un côté calme et reposant à un autre plus violent et hostile. De plus le partage des voix est assez bien reparti et le chanteur n’essaiera pas de s’interposer dans la superbe ballade « Elves of Luna » où la jolie Kaisa aura la primeur du chant. En ce qui concerne la deuxième remarque, il est clair que la présence de deux voix empêchera plus ou moins cet amalgame. Mais pas seulement. La musique saura à elle seule montrer ce qu’elle a dans le ventre et ne se contente pas d’être facile d’accès comme le sont généralement les groupes à chanteuses, ayant tendance à oublier que derrière LA chanteuse qui pose toujours devant tout le monde il y a aussi un groupe. Sans oublier que la thématique (dont on va parler de suite) est assez éloignée de ce qui se fait de nos jours en terme de métal à voix féminines. Pour la première remarque, pas d’inquiétude à avoir, même si Kaisa n’a assurément pas la puissance vocale d’une Tarja et n’ira par conséquent jamais s’essayer à des voix opéresques de toute façon vouée à l’échec. Malgré tout on signalera que sa voix, sans révolutionner la musique, reste douce et mélodieuse. De quoi nous faire voir des Hobbits trottiner dans leur comté. En ce qui concerne les voix masculines, celles-ci non plus ne révolutionneront pas la musique elles sont assez classiques, semblant hésiter entre des voix résolument death/black et un chant clair. Le résultat est un chant assez caverneux, assez étrange.

Les autres musiciens sont quant à eux bien en place et bien réglé et il sera intéressant de faire remarquer au lecteur que le batteur du groupe nous provient de la formation black de Horna. N’allons pas pour autant chercher des points commun entre les deux groupes il n’y en pas, à part bien sur le fait qu’ils font tous les deux de la musique (c’est profond ca…..)

Au niveau des thèmes on aura clairement des allusions au Seigneur des Anneaux de l’ami Tolkien (« Gollum’s Ccry ») mais aussi toute sorte d’êtres légendaires avec par exemple « Touch of Green and Gold » rappelant à coup sûr les Leprechauns (qui est au passage un morceau très rythmé et particulièrement savoureux).

En définitive Battlelore se promène dans des lieux musicaux encore peu explorés et parvient par la même à se créer une identité bien propre. En revanche, les petites faiblesses vocales (je parle du coté classique des voix) des chanteurs ont tendances à tempérer notre jugement. Ainsi, le bilan de Battlelore ne peut pas être négatif tant les qualités du groupe sont indéniables, mais ne pourra pas non plus être très positif.

  1. usvainen rhûn
  2. storm of the blades
  3. ghân of the woods
  4. gwaith-i-mírdain
  5. trollshaws
  6. elves of lúva
  7. valier – queens of the valar
  8. thousand caves
  9. cloaked in her unlight
  10. of orcs and elves
  11. touch of green and gold
  12. pallando – forgotten wizards i
  13. gollum’s cry
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. AlCheMist says:

    Groupe très sympa, c’est sûr faut passer la barrière des costumes… Bonne rigolade, si vous avez deux minutes à perdre, allez donc voir sur le site, ça paie ! :OD
    Ceci dit, c’est original et bien fait. Il faut que j’appronfondisse, mais c’est très agréable à écouter (Mélange Death gentil, Gothique & Heavy) et à recommander aux fans de Tolkien en plus !

  2. Monster says:

    Je download les 2 video clips sur leur site, je sent que ça va être bien kitch :D

  3. AlCheMist says:

    J’oubliais, ça me fait aussi penser au ‘By Time Alone’ d’Orphanage.

  4. RPGsquare says:

    Je crois que c’est moi qui t’avait conseillé ce groupe. Moi j’aime toujours énormément ce groupe il me plait beaucoup, enfin surtout avant je commence à préférer un peu plus Ensiferum, mais bon je pense que cet album mérite très légèrement plus quand on se met dans le contexte (genre 15/16).
    Par contre, les précédents m’ont bien plus plu, et je leur met pour mon avis personnel un bon 18. Car bon je reste objectif, je ne met pas plus étant donné quelques approximatons de production sur certains morceaux, mais en règle général ils sont abordables et très sympas (depuis leurs site ou par mail). Dons des gens passionnés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *