Mire – A New Found Rain

Pas de commentaires      298
Style: Metal ModerneAnnee de sortie: 2021Producteur: Dave Otero

Et les empêcheurs de faire son top annuel en rond cette année sont (roulements de tambours)… Mire et Funeral Mist! Les deux groupes qui n’ont absolument rien à voir l’un avec l’autre évidemment, ont en effet sorti leur nouvel album le 17 décembre soit un timing parfait pour venir perturber l’habituel classement annuel. Mais on ne va pas se plaindre, car il vaut évidemment mieux avoir ce type de problème à l’approche des fêtes, plutôt que de se retrouver en situation de disette. Et puis on commence à avoir suffisamment l’habitude de ce genre de « coups », pour savoir qu’il vaut mieux attendre gentiment le début de l’année suivante avant d’envisager de graver dans le marbre un top annuel digne de ce nom.

En ce qui concerne Mire on est d’abord particulièrement heureux d’avoir enfin de leurs nouvelles après la GIGANTESQUE claque assénée il y a 3 ans déjà avec Shed, court album (ou gros EP) dont on attendait impatiemment la suite. Abordons tout de suite le point qui aurait pu fâcher ici : le groupe a choisi de capitaliser sur les 6 excellentes compos de sa première sortie, et les a conservées pour soutenir un premier album au format et à la durée bien plus conséquents, si bien qu’en plus des 6 titres que nous connaissions déjà donc, ce sont seulement 4 nouveaux titres (dont un interlude, bande de coquinous…) que nous aurons ici à nous mettre sous la dent. C’est quelque part un peu décevant mais en même temps les 6 titres en question sont tellement bons, qu’il eut été fort dommage qu’ils ne figurent pas sur un album bénéficiant d’une sortie physique et d’une promotion digne de ce nom, le premier album de Mire étant globalement passé très injustement inaperçu. On retrouve donc les 6 compos originelles, remixées par Jens Bogren s’il vous plaît, avec également les parties de batterie réenregistrées (par Jesse Beahler, batteur de Thy Art is Murder et pas intégré au line-up permanent de Mire) et venant se substituer aux parties originales qui étaient programmées sur Shed et dont le duo originel formé par Benton McKibben aux vocaux et Ryan Glisan à la guitare (duo devenu trio après l’embauche d’un deuxième guitariste en la personne de Nick Hipa, connu pour avoir été lead guitariste chez As I Lay Dying) n’était pas entièrement satisfait. Tout l’album a été en outre brillamment produit par Dave Otero (connu notamment pour avoir produit il y a un moment le fameux Anomalies de Cephalic Carnage).

Autant être clair, la différence ne saute pas aux oreilles concernant les 6 titres réenregistrés (même s’agissant des fûts, la batterie programmée de l’époque sonnant assez naturelle finalement), mais le son était déjà de mon point de vue assez énorme à l’époque, et quant aux compos on les adorait déjà il y a 3 ans et on n’a pas du tout changé d’avis aujourd’hui. Le metal moderne imprégné de death mais aussi de vocaux clairs originaux, n’a rien perdu de ses qualités ni de sa modernité. Je vous renvoie à ma chronique de l’époque pour en savoir un peu plus si besoin, sachant que ce qui intéresse probablement davantage ceux qui connaissaient déjà l’album original est probablement de savoir ce qu’il en est des 4 nouveaux titres qui viennent augmenter la durée de ce premier album long format officiel. Le premier nouveau titre de la tracklist est « In Fear » qui sonne comme du pur Mire et ne déçoit pas : rythmiques mitraillettes brutales comme on les aime, mélodies aigues de guitare originales et prenantes, et chant alterné entre vocaux death et parties claires toujours de toute beauté et atypiques venant de Benton. Le chant clair, c’est bien lui qui domine d’ailleurs très nettement les débats sur le titre suivant « Callous » (ceux qui n’aiment pas les parties claires de Benton en seront pour leurs frais) sur lequel on apprécie également l’apport de percussions exotiques bien intégrées. Un peu plus loin s’agissant des nouveautés, c’est « Refined » morceau qui laisse parler l’influence Gojiresque (influence déjà évoquée il y a 3 ans), qui vient aussi montrer que le groupe n’a rien perdu de son mordant et de ses qualités techniques, entre la guitare qui fait merveille (s’agit-il de Glisan ou de Hipa ? Le doute m’habite maintenant) et la batterie mitraillette implacable, et qui confirme surtout que Mire n’a pas misé uniquement sur les 6 titres déjà connus en tombant dans le remplissage facile et qu’il a gardé intact son talent de composition. Puis c’est l’interlude « Form » qui a pour mission nouvelle d’introduire le déjà connu « Inside » et qui est la dernière nouvelle composition dont il est question.

Après quelques écoutes le constat est clair : les 4 nouveaux morceaux s’intègrent parfaitement à la tracklist et font corps avec les 6 autres compositions de la plus naturelle des façons, sans qu’on perçoive que 3 ans se sont écoulés entre l’écriture de certains titres et celle des nouveaux. L’album se conclut avec le titre éponyme (qui est toujours le titre sur lequel on pense le plus à Gojira notamment s’agissant des parties vocales agressives qui auraient tout à fait pu être interprétées par Joe) qui reste comme à l’époque judicieusement placé en fin de disque compte tenu de son côté prog’ et de ses 7min46 qui en font le titre le plus long de toute la plaque.

Pas de coup de cœur cette fois, façon pour moi de « sanctionner » en quelque sorte la moindre prise de risque que représente la réutilisation des 6 titres de Shed mais ne nous y trompons pas : A New Found Rain est bien un superbe album de metal moderne qui aura sa place dans notre top annuel 2021 et qui place cette fois officiellement et (espérons-le) pour de bon Mire dans la cour des groupes de metal américains qui comptent. On souhaite longue vie au groupe et on a déjà hâte que le prochain album débarque pour confirmer tout ça!

Tracklist :
01 – Lightless
02 – Shed
03 – Suffering
04 – In Fear
05 – Callous
06 – Solar Being
07 – Refined
08 – Form
09 – Inside
10 – A New Found Rain

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1055 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.