Lorna Shore – Pain Remains

Pas de commentaires      527
Style: Deathcore MajestueuxAnnee de sortie: 2022Label: Century Media

Alors d’habitude le deathcore et moi ça fait vraiment deux… La claque n’en a été que plus grande en écoutant ce nouvel album de Lorna Shore juste « au cas où » après avoir reçu l’album en streaming promo dans la boite mail… Et pourtant Century Media se fout un peu de la gueule des chroniqueurs en proposant un stream de pauvre qualité sonore, ce qui est d’autant plus regrettable que la musique des américains est très chargée et dense. Cette qualité déplorable aurait pu gravement desservir l’écoute au point de me faire passer à côté des qualités bien réelles de ce Pain Remains. Il n’en sera heureusement rien, et c’est bien simple, malgré la qualité exécrable du son du streaming, je me suis retrouvé complètement happé par la violence subjuguante que dégage la musique du groupe, associée à son incroyable beauté.

Un album plus grandiloquent encore que la nouvelle version du Comalies de Lacuna Coil (qui sort également aujourd’hui), mais ô combien plus réussi et intéressant aussi.

Un aspect grandiloquent qui vient d’abord de cette dimension symphonique extrêmement présente (ce violon sur « Sun/Eater » par exemple, ces choeurs opératiques et cet orgue sur « Welcome back, O’ Sleeping Dreamer ») et qui vient contrebalancer le deathcore implacable de la bande du New-Jersey, en apportant aussi cette ambiance sombre et épique. S’ajoute à cela le chant de malade mental du nouvel arrivant Will Ramos dont le ramage ne se rapporte pas du tout au plumage. Ce jeune homme sait hurler, gruiker, shrieker, toute la panoplie vocale du death et du black étant regroupée dans sa pourtant si frêle coquille. Ramos a remplacé en 2019 CJ McCreery qui avait lui-même succédé quelques mois avant à Tom Barber, vocaliste de longue date de Lorna Shore (parti intégrer le groupe Chelsea Grin) après que McCreery se fasse virer du groupe suite à des accusations d’abus sexuel. Pain Remains est le deuxième enregistrement de Lorna Shore avec son nouveau chanteur après un EP (…And I Return to Nothingness) paru l’an dernier et déjà très bien reçu par la critique (comme les précédents albums du groupe, ce dernier étant considéré apparemment depuis un moment comme l’un des fers de lance du deathcore). En plus de ce vocaliste tonitruant et au tempérament explosif, on ne manquera pas également de s’apercevoir de la virtuosité des musiciens du groupe, que ce soit le batteur métronome inhumain, ou le guitariste virtuose dont le jeu et les sonorités à la 7 cordes m’ont souvent fait penser à celui de Fallujah (dont le groupe se rapproche d’ailleurs).

Il n’y a guère que les gros breakdowns de porc qui ne me réjouissent pas toujours totalement par leur côté un peu téléphoné, même s’ils ne m’empêchent pas d’apprécier l’album et s’ils accentuent indéniablement le contraste avec les accélérations supersoniques qui ne manquent jamais de leur succéder.

Tous ensemble, ces garçons parviennent en tout cas à repousser les limites du grandiloquent (on en fait des casses, allergiques au pompeux, vous allez avoir du mal à encaisser en particulier la doublette « Aptheosis »/ »Wrath ») et de la violence pour proposer des mélodies incroyablement belles (« Cursed to Die » en étant une parfaite illustration dans le format le plus court proposé sur l’album avec 4min41) et assez stupéfiantes tant elles semblent émerger de façon improbable de ce (par ailleurs) déferlement de rage. On s’étonnera aussi qu’un album qui dure (un peu) plus d’une heure, paraisse pourtant aussi court à son écoute, tous les titres étant de qualité constante et s’enchaînant à la perfection.

Lorna Shore n’est rien de moins qu’une révélation pour moi en cette année 2022 : j’avais déjà vu le nom du groupe circuler, toujours rebuté jusque-là par l’étiquette deathcore qui lui était accolée. Sans ressentir l’envie de creuser plus avant le genre (mais en ayant apprécié le précédent EP du groupe écouté depuis), je guetterai sans nul doute avec attention la prochaine sortie des américains, Pain Remains intégrant dès à présent mon top 2022.

Tracklist :
01. Welcome Back, O’ Sleeping Dreamer
02. Into The Earth
03. Sun//Eater
04. Cursed To Die
05. Soulless Existence
06. Apotheosis
07. Wrath
08. Pain Remains I: Dancing Like Flames
09. Pain Remains II: After All I’ve Done, I’ll Disappear
10. Pain Remains III: In A Sea of Fire

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 1175 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *