Veil Of Maya – [m]other

Pas de commentaires      182
Style: metalcore electro/pop/techniqueAnnee de sortie: 2023Label: Sumerian Records

Apparu en plein milieu de la ferveur deathcore du début des années 2000, Veil Of Maya est toujours debout, bien accroché à son style (couplé à du djent) comme à son label, Sumerian Records (oui il existe toujours lui aussi !) pour lequel le groupe signe avec [m]other son sixième album. Ayant connu un changement de vocaliste en 2014, Lukas Magyar est venu apposer sa patte dans le groupe sans pour autant modifier son approche moderne et technique.

Car comme à son habitude, Veil Of Maya vient nous caler un metalcore dense et moderne possédant de nombreuses phases electro venant accompagner ou interrompre leur frénésie complexe. Sauf que contrairement à son prédécesseur, le « nouveau » chanteur du groupe apprécie beaucoup chanter de sa voix clean, ainsi il ne sera pas rare d’avoir des passages mi-electro/mi-pop (« [re]connect », »Red Fur » ou le quasi drum’n’bass « Disco Kill Party ») venant bien contraster avec les lourds breakdowns ou autres passages (très) techniques (le guitariste Mark Okubo est toujours un vrai virtuose). Les contrastes sont donc très nombreux et la plupart des titres feront se succéder headbangs plombés (grâce aux riffs façon Meshuggah) et ritournelles emo-adulescentes, de quoi un peu s’égarer mais prendre du plaisir pour peu que l’on ne soit pas trop réfractaires à ces incursions de mélodies.

[m]other propose donc une actualisation de son mix « marque de fabrique » fait de (grosse) brOOtalité, de technique et de mélodies mielleuses (un brin clichées disons). Ce dernier point peut clairement déranger mais fait désormais partie de l’identité de Veil Of Maya (toutefois le groupe parvient aussi à s’en passer sur des titres comme le bien nommé « Synthwave Vegan » ou « Lost Creator »), créant tout le pouvoir accrocheur du groupe derrière son concept de grosse production futuriste, accompagnée de son implacable complexité. Bref, du tout bon pour tout amateur/trice de rouleaux compresseurs suivis de paillettes et de bonbons sucrés.

  1. Tokyo Chainsaw
  2. Artificial Dose
  3. Godhead
  4. [re]connect
  5. Red Fur
  6. Disco Kill Party
  7. Mother Pt.4
  8. Synthwave Vegan
  9. Lost Creator
  10. Death Runner
beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *