Mum – Summer Make Good

8 Commentaires      1 432
Style: post-rock éthéréAnnee de sortie: 2004Label: Fat Cat

Tout comme Sigur Ros, Mùm est originaire d’Islande; et tout comme Sigur Ros, Mùm est locataire chez Fat Cat Records. Les deux formations partagent le même goût pour une pop éthéree, mais cela ne se décline pas du tout de la même façon chez chacun d’eux. Ce Summer Make Good, à l’artwork faisant penser à celui d’un des Ep de Neurosis (j’ai oublié le nom), est un bijou de douceur, un véritable billet pour un monde enchanté peuplé de trolls, de lutins, de farfadets et je ne sais quelles autres créatures venus d’Islande.

Rien de méchant dans cet album, on se place plutôt dans une perspective enfantine (« The Island of Children’s Child ») et ce n’est pas les voix hauts perchées (des deux jumelles) qui pourraient nous faire penser le contraire.
Mais un sentiment étrange nous prend : bien que l’on fasse des bulles de savon, ou que l’on mange de la guimauve c’est la mélancolie qui se fait sentir (« Will The Summer Make Good For »). C’est un peu ça Mùm. C’est mignon, attendrissant, mais aussi tourmenté, traversé (« Small Death Are The Saddest »), ou ailleurs comme l’indique l’interlude « Away ».

Ne cherchez pas de tubes ou de passages catchy, tout ceci est absent de la musique de Mùm. Tout est dans l’ambiance, ce n’est pas mùm qui vient à vous, c’est vous qui allez à Mùm. L’écoute au casque se révèle nécessaire et marquante, sinon écoutez le en étant seul(e) et au calme. C’est alors que se révèle une musique en porcelaine.

Claviers, voix, guitares, accordéons, batterie, violons, électronique, petits bruits inconnus et j’en passe, tout nous transporte dans la douceur et la poésie. Notre coeur se calme, on s’apaise, &nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp&nbsp, on souffle. Bien évidemment on a du mal à rester scotcher pendant les 46 minutes de l’album, mais elles sont nécessaires pour modeler notre voyage et notre chemin dans le monde féerique de Mùm.

Un album cinématographique et rare, nous dépeignant des fresques lunaires (« Stir »), parfois loufoques mais toujours magiques. Un album à aimer, à adorer, à voyager…

  1. hù hviss – a ship
  2. weeping rock, rock
  3. nightly cares
  4. the ghosts you draw on my back
  5. stir
  6. sing me out the window
  7. the island’s of children’s child
  8. away
  9. oh, how the boat drifts
  10. small deaths are the saddest
  11. will the summer make good for
  12. abandoned ship bells
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

8 Commentaires

  1. Pierre says:

    Le seul EP de Neurosis c’est Sovereign mais alors la ressemblance entre les pochettes…???

  2. fewz says:

    sovereign qui, dit au passage, est absolument énorme!!!
    Nan en fait, je vouslais parler de « the word as law »!!qui était un EP je croyais…so sorry!

  3. Uriel says:

    Cet album est un peu en deça de son prédécesseur « Finally we are no one… ». La nasse artistique unique de Mùm laisse par moments filtrer des instants de mollesse mal absorbés par la caution immersive de l’expérience. Ca n’en reste pas moins un album au feeling magnétique, une nouvelle curiosité dont l’Islande peut être fière.

  4. fewz says:

    ah nan je le trouve pas moins bien que finally we are no one…

  5. Pierre says:

    Mum sera en concert le 21 avril 2005 à Paris au café de la danse et le 1er mai 2005 à l’olympic à Nantes(et oui y’en a qui bossent pendant la fête du travail…)

  6. fewz says:

    nan, c’était cette année qu’ils étaient en concert à Paris le 21 avril. C’était le 21/4/05 qu’ils étaient là…

  7. fewz says:

    arf sorry, c’était le 21/4/04 bien évidemment… erreur quand tu nous tiens…

  8. Pierre says:

    en effet..ooops!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *