Demersal – Less

Pas de commentaires      4 335
Style: emotional blackened screamoAnnee de sortie: 2020Label: Autoproduction

Jeune formation danoise composée notamment de membres (anciens/actuels) de Telos et Hexis (deux excellents groupes soit dit en passant), Demersal débarque avec Less, premier album faisant suite à un EP sorti en 2017 (To Mend A Yellow Wound). Avec un tel background provenant du hardcore chaotique teinté de black metal (dans leurs groupes originels), on ne sera pas trop étonné d’en trouver aussi sur ce premier long-format particulièrement incisif.

Le blackened screamo des danois apparaît comme une tornade de violence et de désespoir qu’on se prend de plein fouet. « Amends », titre d’ouverture et premier single nous en met d’emblée plein la vue entre ses cris expressifs, sa rythmique on ne peut plus urgente (avec force blast), ses breaks super bien foutus, sa descente en trémolo et… sa trompette ! Inattendue invitée, celle-ci se joint au cocktail sans dénaturer le reste et apporte réellement un surplus émotionnel à cette excellente entame.

Et ce n’est alors que le début car la suite est toute aussi qualitative, mélangeant accélérations percutantes sur fond de blasts et émotions cathartiques personnifiées par ces vocaux souvent au bord de la rupture (« Thoughtless », « Endless »). Parfois c’est davantage le chaos qui s’exprime (« Relentless ») mais il demeure d’un bout à l’autre de ce Less une optique mélancolique allant de pair avec les thèmes des lyrics (traitant essentiellement de deuil et de l’insignifiance de la vie).

Les titres passent et on peut sentir que l’influence de Birds In Row plane sur Demersal. Mais attention sans jamais copier les lavallois car le groupe danois en capte seulement l’intensité émotionnelle qu’il mêle à une vitesse décuplée (la black metal touch) quasi constamment dans le rouge. Chacun des titres de Less propose son contraste virulence/émotion, la puissance télescopant la fragilité dans un saisissant fracas (avec comme point d’orgue, le maelström de la dernière partie de « Worthless » où la trompette – aussi émouvante que sur « Amends » – fait son retour avant de disparaître dans un énorme voile noise).

En mélangeant les genres un peu à la manière de Caped (chroniqué récemment), Demersal livre un premier album sensationnel où les émotions (parfois aux antipodes) se diffusent instantanément à l’auditeur – rage, frustration comme vulnérabilité – jusqu’à faire partie de ce dernier. Une superbe découverte que tout amateur de hardcore moderne se doit d’écouter !

  1. Amends
  2. Thoughtless
  3. Relentless
  4. Endless
  5. Less
  6. Failure
  7. Homeless
  8. Worthless pt 1
  9. Worthless pt 2

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *