Haken – Virus

Pas de commentaires      226
Style: metal progressifAnnee de sortie: 2020Label: InsideOut Music

Alors que 2020 était déjà une année chargée en sorties métal prog de qualité, Haken annonça la sortie d’un nouvel album, nommé Virus, ce qui avait de quoi surprendre, mais l’album a été enregistré avant le Covid donc c’est une pure coïncidence. Virus fait d’ailleurs suite à Vector sorti en 2018 comme en témoigne leurs artworks. Le concept de ces 2 albums est lié et reprend l’idée de base du morceau « Cockroach King » de The Mountain, un des morceaux les .

Haken est pour beaucoup – et j’acquiesce – un des meilleurs descendants de Dream Theater, donc représentant du metal prog classique. J’ai tout de suite accroché à leur 3ème album The Mountain (2013) alors que leurs 2 premiers ne m’avaient pas impressionnés plus que ça. Je trouvais le groupe trop proche du groupe que je viens de citer qui paradoxalement n’a jamais figuré parmi mes groupes préférés, à cause du chant et des claviers surtout, même si je respecte évidemment leur influence majeure sur énormément de groupes que j’écoute aujourd’hui.

Je reste toujours attaché à cet album excellent, qui me fait penser au meilleur de Muse ou Queen mais avec du gros son et des influences métal variées, y compris celles d’un Meshuggah par exemple. Affinity (2016) était aussi un très bon album, plus 80s dans l’esprit. Vector fut lui une petite déception, j’espérais donc voir Haken revenir au meilleur niveau et je dois dire que la qualité de Virus m’a scotché d’emblée. Pourtant le seul morceau de l’album que je trouve maladroit est l’introductif « Prosthetic », un des plus metal et le premier single. Il démarre l’album sur de grosses rythmiques groove metal façon Pantera, rappelant que si Haken se permet souvent des moments doux à la limite du mièvre, c’est tout de même le métal qui occupe l’essentiel de leurs influences et ce dernier album est surement le plus rythmique, avec un jeu de batterie à la fois hyper technique et percutant.

L’album commence par 5 morceaux puis « Messiah Complex » enchaîne 5 titres sur une suite de 17 minutes et c’est le morceau majeur. Il passe incroyablement bien, tout s’y enchaîne sans accroc, avec même quelques éléments rappelant subtilement des mélodies ou paroles de morceaux de leurs albums précédents. C’est tellement rare qu’un exercice dans le genre soit si réussi que s’en est clairement remarquable. Parmi les premiers titres, les 10:30 de « Carousel » forment l’autre gros morceau de Virus et c’est là aussi une belle réussite résumant en 10 minutes tout ce dont est capable le groupe, solo de guitare incroyable compris. Pas un seul morceau ne pèche en fait hormis peut-être l’outro.

Certes Haken ne prend pas de risques particuliers sur cet album, et propose un album qui résume parfaitement leur musique avec des compositions variées aux mélodies et riffs marquants, et c’est déjà une gageure. Je pensais que Caligula’s Horse serait difficile à égaler en metal prog cette année, mais je dois dire que Virus m’aura agréablement surpris, et 2020 n’en est que d’autant plus une année exceptionnelle pour ce genre musical qui n’en finit pas d’évoluer.

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 511 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.