Fractal Universe – The Impassable Horizon

Pas de commentaires      110
Style: death metal progressifAnnee de sortie: 2021Label: Metal Blade Records

Ça fait plaisir de voir le groupe français Fractal Universe se développer et devenir à mon avis une pointure du death progressif avec ce 3ème album impeccable qui fera date dans le genre.
Death prog, on pense à Opeth mais le groupe nancéen a une approche plus technique et moderne avec des riffs plus rapides/thrashy qui les rapproche du death technique. Cynic, Beyond Creation et l’Obscura le plus prog des derniers albums sont des groupes dans une veine proche, et Fractal Universe est définitivement un groupe progressif dans la multiplication des variations, si ce n’est au niveau du style mais au niveau des arrangements et nuances. On passe facilement d’un extrême à l’autre au sein d’un même morceau. Les growls sauvages sont partagés avec des voix parfois claires et puissantes, d’autres chuchotées, sont souvent proches de celles qu’on trouve chez Alkaloid, donc pas du tout gnangnan. Ces voix claires sur des passages plus apaisés sont clairement là où le groupe se révèle, même si ils ne sont pas non plus avares de riffs acérés, parfois lourds et polymétriques, Meshuggah est également une influence. Les textes suivent un album concept autour du rapport des humains à la mort dont les paroles ont en fait été écrites par un 5ème membre du groupe non musicien si j’ai bien compris. Les paroles sont d’un autre monde, incomparables à 99% de ce qui se fait dans la musique aujourd’hui, philosophico-cosmiques, avec du vocabulaire élaboré, mais du coup un tantinet cliché.

La tête pensante du groupe reste son guitariste/chanteur et compositeur principal a priori mais les 4 membres sont tous aussi méritant, le batteur a une subtilité jazzy rare dans le death et le deuxième guitariste réalise des solo jazz fusion du plus effet. Si les solos de guitare sont sublimes, il y en a aussi pas mal de saxo et il très bien intégré, pas là pour faire de la figuration. Il est présent sur 5 morceaux, et joué par le chanteur/guitariste/sax donc qui s’y est mis assez récemment mais maîtrise vraiment bien l’instrument. Le sax dans le death, un précédent récemment sur le dernier Rivers of Nihil et on peut aussi les comparer à ces derniers si ce n’est au niveau de leur approche, mais par leur coté aventurier et la qualité des riffs, qui sont par contre beaucoup plus rapide et ciselés chez Fractal Universe.

Je suis fan d’eux depuis leur album précédent, Rhizomes of Insanity, un de mes albums préférés de 2019 donc j’ai abordé ce nouvel opus en fanboy et je dois dire que j’ai accroché direct. Le groupe avait déjà trouvé sa patte sur l’album précédent, on est dans la continuité, mais c’est sur cet album qu’il la perfectionne. Les transitions entre violence et apaisement sont gérées au millimètre, et le groupe arrive souvent à surprendre, que ce soit par un couplet chanté juste après une intro rentre-dedans ou au contraire une progression vers un pont plus agressif là où dans le death prog les ponts sont plutôt là où le groupe se calme. Le groupe est capable de morceaux plus doux, il y a quelques guitares acoustiques, mais le fond de death métal féroce ressort toujours, et la batterie si elle sait se faire subtile, avoine dès qu’elle le peut.

Si je trouve cet album bien à tout point de vue musical, le seul truc qui me chagrine est la pochette. Même pas forcément le visuel mais la couleur verte flashy, le « The Impassable Horizon » qui fait assez à l’arrache et le logo entouré de vert. Un faux-pas qui a sont importance au niveau marketing de nos jours. On comprend que c’est du death metal au moins.

Bref je trouve que ces gars ont de l’inspiration, un sens du riff aiguisé, c’est une putain de pépite et pour moi aujourd’hui le meilleur groupe de death prog/technique français, ils jouent exactement le type de musique métal subtile et complexe que j’ai envie d’entendre.

https://fractaluniverseband.bandcamp.com/

1. Autopoiesis
2. A Clockwork Expectation
3. Interfering Spherical Scenes
4. Symmetrical Masquerade
5. Falls of the Earth
6. Withering Snowdrops
7. Black Sails of Melancholia
8. A Cosmological Arch
9. Epitaph
10. Godless Machinists
11. Flashes of Potentialities (Unplugged)

 

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 510 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *