Latest Content

Curtism – S/T EP

Avec ses 19 ans de moyenne d’âge, Curtism est un tout jeune groupe toulonnais (débuté comme un projet solo de bedroom pop) qui apprécie les vieilleries indie, post-punk et shoegaze. Trois styles complémentaires connaissant un regain d’intérêt ces dernières années que le quartet se réapproprie ce son typique des années 80/90 (The Cure et Joy Division étant bien entendu parmi leurs influences) mais complètement bien intégré à l’époque actuelle.

[Mini-chroniques] Rattrapage mensuel (mai 2024)

Gatecreeper – Dark Superstition (Nuclear Blast Records) death mélodique

Les dernières photos promo ne mentaient pas, les gars de Gatecreeper se sont mis au melodeath à l’ancienne au point d’apparaitre avec des t-shirts de groupes phares du genre: In Flames en tête a été fortement écouté, mais aussi Dismember ou encore Grave. Nous avons donc aujourd’hui un groupe métamorphosé (édulcoré ?) qui ne ressemble presque plus du tout à ce qu’il était auparavant. Riffs mélodiques tout en puissance, vocaux plus aussi épais que sur leurs méfaits précédents, on est d’abord limite à se dire que le groupe aurait [...]

Alcest – Les Chants de l’Aurore

Déjà vingt-cinq ans que Neige a monté Alcest, l’un des projets ayant clairement influencé la mouvance post black metal actuelle par son alliance entre shoegaze, post-rock et (donc) black metal. Album après album, le propos d’Alcest est sur une constante de douceur solaire, de mélodies caressant dans le sens du poil tandis que les rythmiques souvent appuyées de blastbeats viennent nous rappeler les origines extrêmes des deux gaillards (le batteur Winterhalter étant passé par Peste Noire ou encore Glaciation).

Watertank – Liminal Status

Ayant fait son comeback en 2020 avec le très bon Silent Running, Watertank aura pris quatre ans pour lui donner une suite, ce Liminal Status célébrant par ailleurs les vingt (+1) ans de la formation nantaise.

Glassing – From the Other Side of the Mirror

Auteur d’une discographie irréprochable jusqu’alors, il y a enfin une justice pour Glassing qui vient de signer sur la « grosse machine » Pelagic Records (sans aucune offense à Brutal Panda Records) pour son nouvel album. L’occasion était trop belle pour les texans d’enfin avoir une exposition à la hauteur de leur talent, et le groupe signe là un nouvel opus sacrément réussi !

YEAHRS – Spiritual Sickness

Originaire de Berlin mais monté aux trois quarts par des français expatriés, YEAHRS officie depuis quelques années, ayant sorti quelques singles et EPs (le dernier en date Transfer.Transform datant de l’an dernier) avant ce Spiritual Sickness, leur véritable premier album. S’orientant du côté de la shoegaze au sens large du terme, le quartet n’entend pourtant pas se restreindre à une simple resucée de My Bloody Valentine ou de The Jesus And Mary Chain, mais s’en inspire tout en prenant des libertés.

Opinion – Horrible

Opinion, c’est un certain Hugo Carmouze qui, plutôt que de passer du bon temps entre potes pour la soirée du Nouvel An 2023, a préféré s’enfermer dans sa chambre pour enregistrer cet Horrible. Une bien originale manière de passer sa fin d’année qui peut donc s’écouter un peu plus d’un an plus tard. Et si le projet insiste sur le fait de n’avoir utilisé ni ampli, ni effets, le résultat final est très surprenant…

House Of Harm – Playground

Révélé en 2020 avec le très bon Vicious Pastimes, House Of Harm fait son retour en cette fin 2023 déjà trustée par de nombreux tops alors qu’un maximum d’albums n’ont même pas encore eu le temps d’atterrir dans mes oreilles. Et ce serait bien dommage de passer à côté de ce Playground car le trio de Boston y mélange à sa manière post-punk et goth des 80’s avec forte présence de synthés et de guitares au delay immersif, mais aux vocaux sonnant comme un Robert Smith « midwest emo ».

Lunar Lock – The Dream Of Sad City

Duo angevin né il y a deux ans, Lunar Lock est le projet de Romain Le Lavandier (chant/claviers) et de Maxence Thulievre (basse), deux amis aux envies de rêves éveillés. Sur leur nouvel EP intitulé The Dream Of Sad City (faisant suite à Holy Quarrel, EP sorti l’an dernier), le groupe cherche à nous envelopper dans un cocon de tristesse aux vapeurs inspirées autant par la coldwave, la shoegaze et la dreampop.