Chat Pile – Remove Your Skin Please

Pas de commentaires      10 650
Style: noise rock dérangéAnnee de sortie: 2019Label: Autoproduction

Seulement quelques mois après avoir sorti un premier EP quatre-titres (This Dungeon Earth), Chat Pile remet le couvert avec ce Remove Your Skin Please. Le quartet d’Oklahoma City, mélangeant noise rock avec des éléments venant du hardcore et du post-punk, ne chôme donc pas et change un petit peu son angle d’attaque par rapport à son premier EP.

En effet, l’aspect sludge qui caractérisait This Dungeon Earth est un peu tamisé sans pour autant laisser de côté les envies de lourdeur de Chat Pile. Car ces quatre nouveaux titres sont baignés dans une aura dérangée, principalement grâce à son chanteur: parlant, gémissant puis partant dans des crises d’hystérie, il donne l’impression de ne pas être seul dans sa tête (pendant « Dallas Beltway » il parle, s’interrompt, rit puis sort un « fuck it ») ou complètement bourré. A côté de lui, les rythmiques sont assez répétitives, grasses et complétant comme il faut le tableau (bien crasseux).

« Mask » est ensuite un titre plus mélodique avec son sombre riff principal (dans une optique post-punk/goth) assez entêtant et sa basse bien pesante. « Davis » place des blasts tout en conservant ce climat malade et insidieux avant que « Garbage Man » ne termine de manière assez hachée, le chanteur semblant là au summum de sa lutte intérieure, combattant ses propres démons ou en plein conflit avec son ami imaginaire, il dégage une folie peu commune.

Vous l’aurez compris, ce nouvel EP n’est pas des plus faciles à appréhender. Le noise rock de Chat Pile s’imprègne d’une atmosphère opaque grâce à sa production authentique, ça aurait pu sortir au début des années 90 que ça n’aurait pas été choquant. Dans le sillage d’un Daughters ou de The Jesus Lizard qui aurait fait un tour en hôpital psychiatrique, Chat Pile possède déjà de quoi séduire malgré son côté lancinant provoquant l’inconfort. A voir maintenant si cela tiendra sur un long-format, il se pourrait bien que l’on soit sur la piste d’un futur grand…

  1. Dallas Beltway
  2. Mask
  3. Davis
  4. Garbage Man

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *