Knoll – Interstice

Pas de commentaires      150
Style: chaotic grind/death/noiseAnnee de sortie: 2021Label: Sludgelord Records

Entre la photo-promo du Bandcamp et la liste de noms ayant figurant en bas de cette même page, on peut dire que la sensation est déconcertante ! Certains des six gars de Memphis donnent en effet l’impression d’à peine sortir du lycée, et quand on voit que Interstice, leur premier album, a été enregistré par Andy Nelson (autrefois guitariste chez Weekend Nachos), mixé par Kurt Ballou (Converge), masterisé par Brad Boatright (quasiment tout ce qui se fait aujourd’hui en matière de hardcore méchant) et « embelli » par un artwork bien opaque d’Evan McCarthy (Primitive Man, Vermin Womb), on peut se dire qu’ils ont un pur carnet d’adresse. Et qu’on va avoir du sacrément lourd !

Et Interstice l’est bien, très, beaucoup. Leur grind/death (teinté de black) ne fait pas semblant d’être brutal. Cependant il y a immédiatement un autre groupe qui vient en tête lorsque démarre Interstice: un double chant crié (pour ne pas dire complètement hystérique) versus de gros grognements bien gras, des riffs qui cisaillent, une batterie vénère et des passages où les bidouillages noise s’amènent (« Door To Moil », « Myr »). Et qui fait ce genre de recette d’habitude ? Vous l’avez reconnu ? Non ?

Trêve de suspense, il y a donc ici une grosse filiation avec Full Of Hell, tant dans l’approche survoltée que dans cette propension à créer le malaise via des ambiances étourdissantes. Le tout va très vite, martyrise notre perception dans un magma halluciné et chaotique. Vague après vague, on a rarement le temps de reprendre sa respiration tant leur océan de haine est déchaîné. On comptera quand même quelques phases un peu plus rampantes comme sur le final de « Impetus In Mire », l’écrasant « Loom Of Wills » ou l’éreintant final « Fjord Peaks », mais pas de quoi y trouver un espoir de s’en sortir vu que l’atmosphère demeure nauséeuse au possible.

Implacable du début à la fin, Interstice est un modèle de violence au goût de soufre et de sang. Plus qu’un simple copycat de Full Of Hell, on tient avec Knoll un groupe prometteur qui maîtrise son extrême brutalité dans un climat ultra oppressant avec succès. Etant donné leur jeune âge et leur très convaincante prestation au Roadburn, l’avenir s’annonce infernal (dans le bon sens du terme).

  1. Callus Of The Maw
  2. Gracian Axiom
  3. Lambent Urn
  4. Impetus In Mire
  5. Grasp
  6. Earth’s Iron Lung
  7. Door To Moil
  8. Inherent Of Life
  9. Scattered Prism
  10. Loom Of Wills
  11. Myr
  12. Fjord Peaks

beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *