Grayceon – Grayceon

8 Commentaires      1 641
Style: prog rockAnnee de sortie: 2007Label: Vendlus

Grayceon est le premier album de ce trio américain formé d’un violoncelle, d’une guitare et d’une batterie. Rien que le line-up étonne. Que peut donc sortir d’un rassemblement de ces 3 instruments?
Un album éponyme composé de 4 morceaux pour 45 minutes de musique, des compos à rallonge donc, extrêmement riches, sans cesse partant dans des directions différentes, ricochant en parties se succédant sans heurts. Chacun des 3 musiciens est talentueux et utilise au maximum les capacités de son instrument, on a donc affaire à un groupe pouvant être qualifié autant de prog que de math-rock.

Le style n’est pourtant pas prétentieux, les morceaux du groupe révèlent vraiment des passages profonds et n’essayent pas forcément d’en jeter plein la vue. La musique de ce groupe est de toutes façons souvent lente et calme mais sans jamais être molle, certains passages intimistes où le violoncelle est en avant pourront faire penser à The Evpatoria Report ou Mogwai même si on est plus dans une ambiance sombre propre aux groupes de leur label Vendlus (Agalloch, V:28 ou Wolves In The Throne Room).

L’absence de basse implique un son léger et un rendu presque électro-acoustique mais la guitare n’hésite pas parfois à s’aventurer dans des terres plus métalliques, entre metal prog et post-hardcore, et lance un gros son saturé mais clair. Il n’y a aucun solo mais le jeu de guitare est parfois assez flamboyant, entre jeu rapide en palm mutting et progression d’accords jazz en arpèges. Ainsi avec des riffs chaotiques, mélodies rapides et un batteur s’excitant sur les toms, les 3 minutes de « Song For You » déboulent non-stop pendant 2 minutes pour ensuite dédoubler le tempo avec un riff bien lourd, quasiment doom, soutenu par le violoncelle et un batteur aux breaks omniprésents. Les autres morceaux sont plus contrastés et fournis en passages intimistes.

On a affaire à une musique quasi-instrumentale. Les voix sont relativement peu présentes, mais il y en a quand même, partagées entre le chant de la violoncelliste et celui du guitariste. On pourra reconnaitre la voix de la violoncelliste, Jackie Perez Gratz, qui est claviériste chanteuse du groupe Giant Squid (chroniqué dans ces pages), groupe déjà assez original, avec qui ils partagent en ce moment l’affiche sur une tournée américaine. Elle a également joué sur des albums de Neurosis, Tribes of Neurot, Jarboe (Swans), Today is the Day, Steve Von Till, Weakling, Hammers of Misfortune. Beau palmarès.

Constemment présent dans la musique du groupe, je reproche quand même au violoncelle un son unique, naturel, tout au long de l’album. Peut-être suis-je trop habitué aux guitares, mais je suis sûr que l’utilisation d’effets, delays ou flanges auraient rajouté de la consistance aux compos du groupe, parfois un peu « vides ». Aucun son extérieur aux 3 instruments et au chant n’est en effet présent, je n’ai pas entendu d’overdubs, le rendu est donc quasiment live avec un bon son de studio. Donc pouvant lasser un peu à la longue, si on ne se passionne pas pour les évolutions progressives de morceaux pouvant atteindre 19 minutes et 59 secondes. Personnellement, j’ai direct accroché à cette musique étonnante créée par 3 musiciens qui expérimentent sur les formats du rock à leur sauce avec talent et cet album est devenu un des albums qui m’impressionnent le plus en ce début d’année.

  1. sounds like thunder
  2. song for you
  3. into the deep
  4. ride
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 500 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

8 Commentaires

  1. kollapse says:

    2-3 écoutes de l’album (EP ?), j’ai vraiment bien aimé ce que j’en ai ouï. Un rock prog assez expérimental et en effet original j’ai trouvé. J’en dirai plus dans un petit temps mais c’est une jolie découverte !

  2. guim says:

    Très intéressant,connais pas du tout,ça donne envie d’essayer

  3. jonben jonben says:

    Je ne pense pas qu’on puisse appeler un ep un album de 45min en fait.

  4. kollapse says:

    Ouais c’est vrai que ça fait un peu long pour un EP… Au temps pour moi :-)

  5. inthese says:

    Allez dire ça à Reverend Bizarre :D

  6. Lébo says:

    Sympa mais loin d’un 17 qd meme…
    Certaines parties de chant sont vraiment ratées, la prod est vraiment spéciale…et parfois l’ensemble sonne creux.

  7. guim says:

    Ca y est essayé et pas déçu.Je dois dire que c’est très prometteur,une approche naturelle avec un grain très cru et direct mais qui ne sonne pas non plus naïf aux oreilles,une bonne dose d’austérité pour une escapade qui n’exclut pas l’aventure technique.Bref à suivre pour moi,bonne petite découverte

  8. Devin says:

    Petit côté In the Woods et influence Giant Squid.. le batteur en fait trop parfois mais ça me plait vachement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *