Myrkur – S/T

Pas de commentaires      1 393
Style: ethereal/atmospheric black metalAnnee de sortie: 2014Label: Relapse Records

Jouer avec son anonymat dans le monde du metal est une chose plutôt récurrente. Entre les groupes qui ne montrent pas leurs trognes (Deathspell Omega, Blut Aus Nord au hasard) et ceux qui dissimulent leur identité sous des masques/costumes qu’ils ne quittent jamais, la scène contient pas mal de groupes entretenant ainsi le mystère. C’est donc quelque part la même chose pour Myrkur, one-woman-band fraichement signé chez Relapse. Apparue en photo-promo avec ses cheveux devant le visage, on ne sait pas grand chose de cette jeune fille mis à part qu’elle est danoise et qu’elle fait du black metal (des rumeurs disent qu’il s’agit d’Amelie Bruun du groupe Ex Pops, mais rien ne les confirme pour l’instant).

Pourtant l’introductif Ravnens Banner débute par la surprenante voix angélique de la demoiselle, a cappella. Une rythmique black metal bien raw transforme ce moment céleste en ténèbres glaciaux, recouvrant peu à peu les harmonies développées par la demoiselle. Le contraste est brutal, la prod est volontairement étouffée, la batterie (sûrement programmée) faiblarde. Le court Frosne Vind prend la suite avec un côté folk en plus grâce à des arpèges de guitare acoustique au-dessus desquels la voix haut perchée pleine de réverb fait son retour, jolie interlude mais quid du black metal ?

Il faut en fait attendre Ma Du Braende I Helvede pour en entendre. Enfin quelque chose de hargneux, notamment au niveau vocal, un peu de (faux) blast aussi. Mais ce n’est pas pour autant que Myrkur va lâcher son côté atmosphérique pour un entre-deux sympathique en dépit d’être mémorable. Même chose pour Latvian Fegure qui mixe ambiance « heavenly voices » avec une excellente rythmique BM « traditionnel », un mélange original un peu gâché par une mauvaise gestion du volume des voix: les harmonies étant poussées beaucoup trop haut, allant souvent jusqu’à recouvrir le reste.

Et c’est fort dommage car musicalement il y a de l’idée. Par exemple Dybt I Skoven qui nous entraine davantage vers un shoegaze façon Alcest (période récente), au rendu qui aurait pu être excellent sans cette affreuse boite à rythmes. Un détail qu’on oubliera directement pendant Nattens Barn pendant lequel chaque élément semble avoir retrouvé son équilibre, les mélodies évoluent et pour la première fois marquent les esprits (autant les passages aériens que les agressifs). Superbe titre qui marque malheureusement la fin de cet EP conclut par la nouvelle interlude Ulvesangen uniquement dévoué aux superpositions de voix cristallines de la donzelle.

Bref, une petite déception que ce premier EP de Myrkur. L’originalité est certes de mise avec ce mélange éthéré/agressif mais malheureusement celle-ci est plombée par une production maison très mal maitrisée, gâchant quelque peu la surprise de cette association pas vraiment commune. On soulignera tout de même pas mal de bonnes idées tenant la route mais à rebosser en vue d’une suite. Un projet prometteur mais qui reste donc pour l’instant au stade du brouillon.

  1. Ravnens Banner
  2. Frosne Vind
  3. Ma Du Braende I Helvede
  4. Latvian Fegure
  5. Dybt I Skoven
  6. Nattens Barn
  7. Ulvesangen

Bandcamp
Facebook

beunz
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *